Rubrique
Point de vue

3 clubs de jazz à Paris

Amateur de jazz de passage à Paris ? Châtelet vous enchantera avec ses trois fameux clubs : le Duc des Lombards, le Sunset-Sunside et le Baiser Salé. Sis dans une rue des Lombards animée et accueillante où se mêlent bars, restaurants et salles de concert, ils raviront les mélomanes dans un cadre élégant et décontracté à la fois.

Le Duc des Lombards : Le mythique

Duc des Lombards

Fondé en 1984 en lieu et place du Bar de l’Étoile, le Duc des Lombards est à ses débuts un petit bar musical où trône sous l'escalier un piano droit inauguré par l’artiste américain Bobby Few. Agrandi en 1989, le club est racheté en 2007 par Gérard Brémond, amateur de jazz et propriétaire de la radio TSF Jazz, puis est entièrement rénové sur le modèle du Blue Note : décor élégant du célèbre designer Elliott Barnes, bar en mezzanine, retransmission vidéo sur écran, offre de restauration. Le Duc des Lombards, référence parisienne du jazz, propose 300 concerts par an ainsi que des jam sessions en entrée libre. Une pléiade de musiciens internationaux tels Aldo Romano, Erik Truffaz, Henri Texier, Didier Lockwood foulent le club mythique ainsi que de nombreux jeunes talents.

Le Sunset-Sunside : L'intimiste

Sunset-Sunside

Le Sunset Jazz Club, créé en 1982 par Michèle et Jean-Marc Portet, est le premier club à s’installer rue des Lombards. C’est à la demande de plusieurs musiciens, habitués du restaurant, que les propriétaires décident de transformer le bar branché du sous-sol en club de jazz. Les artistes disposent ainsi du lieu idéal pour se produire devant un public intimiste. En 2001, le dernier né du Sunset, le Sunside, ouvre ses portes en remplacement du restaurant. Désormais, le Sunset est dédié au jazz électrique, à l’électro-jazz et à la world music tandis que le Sunside se consacre au jazz acoustique. Ouvert 7/7 jours et proposant deux concerts par soir, le Sunset-Sunside est le rendez-vous obligé des musiciens les plus prestigieux : Brad Mehldau, Kenny Barron, Kurt Elling, Terry Callier.

Le Baiser Salé : Le métissé

Baiser Salé

En 1983, trois frères antillais, les Gibson Brothers, musiciens à succès, ouvrent un café concert nommé le Baiser Salé. La formule évolue rapidement sous la houlette de la programmatrice actuelle, Maria Rodriguez. Dès l’année suivante, le club affirme sa volonté de dépasser le cadre du jazz traditionnel, avec une nette orientation vers le jazz fusion et une prédilection pour les musiques métissées. La petite salle du Baiser Salé a ainsi servi de tremplin à des musiciens exceptionnels : Angélique Kidjo, Sylvain Luc, Étienne Mbappé, Mario Canonge. Les jam sessions du lundi orchestrées par le percussionniste François Constantin sont autant d’occasions pour de jeunes instrumentistes de se confronter à des pointures toujours à l’affût de nouvelles sensations musicales.

Url de la ressource
Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.