Rubrique
Point de vue

Critique : Space Jam : A new legacy

Il aura fallu attendre 25 ans pour retrouver les aventures des Looney Tunes aux côtés d’une star de la NBA. En 1996, Buggs Bunny et sa bande se sont retrouvés dans les salles obscures pour un match de basket avec celui qui est considéré comme le plus grand basketteur de l’histoire : Michael Jordan.

Cette année, les personnages de cartoon de la Warner Bros ont rechaussé leurs sneakers pour un nouveau match de basket avec le quadruple MVP de la NBA, LeBron James. L’attente fût (très) longue, mais Space Jam : A new legacy est enfin sorti, ce 21 juillet.

Pour ce second volet, les créateurs des Looney Tunes n’ont pas fait les choses à moitié avec un casting de rêve. Don Cheadle, Sonequa Martin-Green ainsi que les stars de la NBA et de la WNBA Damian Lillard, Anthony Davis, Klay Thompson, Nneka Ogwumike et Diana Taurasi se sont joint au King.

Malgré l’engouement autour du film et la présence de grandes personnalités du monde du basket, le second volet de la franchise est décevant sur plusieurs points.

Un film principalement pour la nouvelle génération

Contrairement au premier film avec Michael Jordan, celui-ci prend place dans un univers virtuel, au sein des serveurs de la Warner Bros. Cette idée, qui a permis de nombreux gags plutôt originaux, ont dénaturé la vraie nature du premier opus de 1996. Alors que l’ancienne star des Chicago Bulls jouait un vrai match de basket, malgré l’univers farfelu et déjanté des Looney Tunes, cette fois-ci King James ne joue pas une simple partie de basket.

À la tête de la Tunes Squad, il doit affronter son fils dans le jeu vidéo qu’il a créé. Or ce jeu de basket dénature ce beau sport. Il est question de « points de style », de « bonus » permettant de sauter à des hauteurs inatteignables ou alors de dunker dont le dernier pas est pris sur la ligne médiane.

Dans les premiers instants du match, King James est déboussolé et ne comprend pas ce qu’il se passe, tout comme les spectateurs qui s’attendaient à un remake du film original. Si Nouvelle Ère, permet à la jeune génération de s’identifier, ceux qui ont connu et vu le premier film, ils ont pu se sentir perdu lors du visionnage.

Space Jam 2, un catalogue WB

Si le film est plein de références aux autres sagas de la Warner Bros, les dirigeants société de production ont profité de l’engouement que suscitait ce film pour montrer les franchises qu’ils possèdent.

Or, ils en ont trop abusé. Si quelques scènes où LeBron et Buggs récupèrent leurs copains ont été appréciées, le film a tendance à trop mettre en avant ce qui a déjà été réalisé par la Warner Bros.

Les responsables de la société de production ne sont pas les seuls à blâmer pour avoir voulu se mettre en avant. La marque de sport Nike, a profité de son partenariat à vie avec LBJ pour s'afficher un peu trop dans le film. Déjà la virgule apparait dès l'entrée du King dans le monde des Tunes et est un peu trop visible sur les maillots des deux équipes.

Si la sortie du film, a permis à Nike de créer de nombreux produits dérivés, était-il si indispensable de se faire autant remarquer à l'écran. Niveau placement de produit, on ne peut faire mieux (ou pire). La marque américaine aurait pu se contenter des produits dérivés et d'une apparition discrète ainsi que de maillots sans la virgule, comme c'était le cas en 1996.

Trop de références

Alors que le premier volet se concentrait sur le match Michael Jordan contre les Monstars, le nouveau film a tendance à avoir bien trop de références par rapport à la carrière de LeBron. Certes, de nombreuses personnes connaissent cette star, mais sa carrière n’est pas connue de tous.

Ce ne sont pas tous les spectateurs qui peuvent savoir ce qu’il s’est passé dans la carrière du King et notamment en 2016, quand il est question de la remontada incroyable de LeBron et de Cleveland face aux Warriors lors des Finales NBA.

Les plus avertis auront reconnu le clin d’œil des réalisateurs au alley-oop entre Dwayne Wade et LBJ lors de son passage à Miami, qui est d’ailleurs visible dans la Bande Annonce du film.

Il y a cependant quelques références au premier film, qui auront fait plaisir aux plus nostalgiques. Le générique de ce nouveau Space Jam est semblable à l’ancien, où on y voit certains des plus grands moments de la carrière de LeBron. Est également présent les bébés Monstars, sur le bord du terrain lors de la rencontre finale.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.