Rubrique
Actualités

Joséphine Baker sera intronisée au Panthéon

Artiste, résistante et militante antiraciste, la célèbre Joséphine Baker va être la première femme noire à être intronisée au Panthéon. Elle rejoindra les autres grands hommes et grandes femmes du pays le 30 novembre. Joséphine est née en 1906 dans le Missouri, d’un père blanc et d’une mère noire, en pleine ségrégation raciale. Dès son plus jeune âge, elle oscille entre le travail et les études pour subvenir aux besoins de sa famille. Mariée à l’âge de 13 ans, elle finira par prendre la fuite quelques mois plus tard. La même année, en 1920, elle rejoint le Jones Family Bones, un trio d’artistes de rue. 


Joséphine trouve un second souffle en France

Déçue de son premier mariage, elle se remarie avec Willie Baker en 1921, et s’installe avec lui. Joséphine finit par tenter sa chance à Broadway, et participe à la tournée musicale Shuffle Along durant 2 ans, une production entièrement noire. En 1925, elle participe au spectacle La Revue Nègre en France, où elle est vêtue d’un pagne de bananes, à l’époque où la France se vante de son empire colonial. Elle finit par se produire au théâtre des Champs-Elysées. Malgré le racisme en France, elle explique un jour qu’elle habitait “dans un pays où j’avais peur d’être noire. J’étouffais aux États-Unis. Je me suis sentie libérée à Paris.Même si elle n’est plus en couple avec Baker, elle conserve son nom et se découvre une passion pour le jazz. En 1927, elle dirige la revue aux Folies Bergères, et est accompagnée d’un léopard sur scène. Elle se lance alors dans la chanson et le cinéma et rencontre le succès en 1931 avec sa chanson “J’ai deux amours.” En 1934, la star chante l’opéra "La créole" de Jacques Offenbach et en 1937, elle épouse Jean Lion et acquiert la nationalité française. 



Star internationale, Joséphine s'érige désormais en Résistante

L’icône des Années Folles est recrutée par les services des renseignements français en 1939 et devient alors espionne, tout en continuant de se produire partout en France et en Europe. Elle s’implique dans toutes sortes de missions, et des messages écrits à l’encre invisible ont été retrouvés sur ses partitions. Elle s’installe en 1941 à Casablanca, où elle tombe malade. Cela ne l’arrête pas pour autant, et ses chants motivent les armées françaises et étrangères dès 1943, du Maroc jusqu’en Syrie. Durant la Libération, elle suit la ligne de front et chante pour les soldats. En 1944, dotée de son diplôme d’aviation, elle s’engage comme pilote et devient sous-lieutenant. Elle a été décorée par le général de Gaulle après la guerre, a épousé en 1947 Jo Bouillon avant de s’installer en Dordogne. Elle adoptera des enfants de différentes origines, sa “tribu arc-en-ciel.” À partir des années 1950, elle retourne aux Etats-Unis pour soutenir le mouvement des droits civiques et la ségrégation. Elle milite également pour la Ligue contre l’antisémitisme, et médiatisera le mouvement de Martin Luther King en Europe. Lors du discours de ce dernier au Lincoln Memorial, "I have a dream", elle fera partie des orateurs. Elle continuera de se produire à travers toute l’Europe jusqu’en 1975, où elle subit une attaque cérébrale le 10 avril. Elle meurt deux jours plus tard à l’âge de 69 ans.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.