Rubrique
Interview

Kazuko, peintresse de la transparence entre les fleurs.

- Une peinture précieuse nous est offerte. Les paysages de fleurs, de ciel et d'eau sont une invitation au sensible. Les pigments naturels sont fait de minéraux et de végétaux, ils tracent les chemins de nos regards. L'artiste y maîtrise la nature de l'ombre, ces paysages de nuit. Nous avançons sur les traces de la lumière, celles des aubes et du dialogue des forces végétales... nés du pinceau des morceaux de ciel se retrouvent dans la terre.

- Kazuko Shiihashi froisse le papier avant de le peindre, ces volumes texturés fragmentent l'ombre et la lumière. Elle tient cette sensibilité de son passé, celui d'une artisane du tissu. Le kimono se plisse quand on le porte, cet habit délicat est son premier support. Les pigments voyageant sur nos corps participent à l'expérience de la beauté quotidienne. Dans un effleurement qui rappelle celui de ses gestes, les pétales couvrent la peau. La couleur vive s'inscrit dans la profondeur des tissus, l'élégance et l'art sont réunis dans ces pans de soie pliés. Elles nous couvrent pour nous découvrir. Dans ce pays, la multiplicité des fleurs mène à l'ouverture du cœur. Une expérience du mouvement qui est perceptible désormais à travers ces peintures. L'artiste est douée pour créer des œuvres vivantes, je vous invite à la découverte d'une création poétique plénière.

« Chaque fleur est mon double. » K.S

- De la proximité de la peau aux tableaux de bois, la matière reste sensitive et décorative, elle s’immisce dans le quotidien, encore. Cette technique traditionnelle, le marouflage du papier sur le bois nécessite une grande concentration. L'artiste s'incarne dans la délicatesse du geste, pour un investissement créatif profond, un moment tout en lenteur et en précision. Cette beauté apaisante, Kazuko l'a fait naître en choisissant la lune pleine comme sujet. Si je cherche encore mes mots, c'est que les émotions émises par ces tableaux sont si fortes que les phrases se bousculent dans ma tète en une danse énergique. Le mouvement... nous le vivons ensemble.

- La fluidité invisible à l’œil nu est une force que seule la peau peut ressentir, l'ouverture de nos âmes. Apparente caresse du vent, tiges agitées, l'air est saturé de pollen, poussières des astres qui font circuler la vie entre les plantes. Aux fleurs épanouies : la transparence.

L'éclat est ce filament qui nous lie tous. L'astre lumineux révélateur des ombres, des secrets. Émettrice ou réflecteur ? Nous en ignorons la source, parfois il est bon de rester dans le mystère.

A la portée de nos pensées, les paysages de Kazuko sont des fenêtres, une incitation à l'éveil de tout nos sens.

Pourquoi les fleurs sont toutes belles ? Elles ont dans leur constitution les reflets de l'éternité.

Le site : http://shiihashi.net/fr/index.html

Géa, le 16 mars 2021 à Paris.

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.