Rubrique
Actualités

SANS UN BRUIT 2, Hollywood et la décroissance

En 2018, SANS UN BRUIT, déjà réalisé par John Krasinski — c’est même son premier film en tant que réalisateur— et déjà porté par sa comédienne de femme Emily Blunt, surprend agréablement le petit monde des cinéphiles. Derrière le film de genre post ALIEN très réussi se cache en effet une œuvre intelligente et sensible, qui met un handicap — la surdité — au centre de son dispositif dramatique et dresse un émouvant et original portrait de famille contraint de s’exprimer uniquement par les yeux et les gestes : autour d’eux, de méchantes et moches bébêtes à taille humaine (qu’on ne voit vraiment qu’à la fin du film, autre hommage à l'ALIEN de Ridley Scott) écorchent vif tout ce qui fait du bruit. A une époque où l’hyper médiatisation, donc « l’hyper bruit » — dans tous les sens du terme — est devenue la règle, c’était forcément là bien plus qu’un gimmick : une prise de position sociale, un appel détourné à la décroissance. Au passage, le film livrait une scène d’anthologie — un auto-accouchement « sans un bruit » et en sous-sol alors qu’une bébête rode tout près — et des images d’une grande et simple beauté, comme celles de cette famille rurale traversant les forêts ou les champs sur des chemins de sable blanc pour que leurs pas n’émettent aucun son ; là, on pensait au Petit Poucet, et à certains contes célèbres.

Avec SANS UN BRUIT 2 qui vient  de sortir avec plus d’un an de retard — à cause, là, d’une méchante et moche microscopique bébête —, John Krasinski rejoue avec la même finesse la double carte du film d’horreur qui fait vraiment peur et du film d’auteur à message. Bien sûr, l’effet de surprise ne joue plus comme pour le premier opus — qui de plus s’ouvrait sur une terrible scène de mort d’enfant — mais une sorte de charme, d’état de grâce opère de nouveau, entre autres en raison du lien malin que tisse le réalisateur entre son histoire d’envahisseurs (très) méchants et la désindustrialisation : le décor central du film n’est plus en effet une ferme mais une usine abandonnée. Avant cela, à la fin d’une scène sans esbroufe mais vraiment flippante qui revient sur l’arrivée des aliens — et là, clin d’œil au début de LA GUERRE DES MONDES version Spielberg —, il nous a prouvé que mettre son smartphone sur silencieux pouvait être une question de vie et de mort… Jouissif pour tous ceux qui en ont assez de connaître toute la vie de leur voisin de table au restaurant…

Surtout, à partir de cette idée géniale, issue du premier opus, d’une jeune héroïne sourde et muette (et qui a donc « obligé » toute sa famille à apprendre à signer, ce qui l’a en partie sauvée), John Krasinski construit son film autour de la question du son abordé comme quasi concept ; s’il n’était pas un film hollywoodien en diable par certains côtés, SANS UN BRUIT 2 serait godardien… Plus exactement, poursuivant sa défense de la décroissance (et d’une certaine et sincère nostalgie), il ose faire d’un simple transistor à piles ou d’un antique studio de radio très années 50-60 de véritables armes de destruction massive. Exit les énormes mitraillettes du ALIENS (ALIEN 2) de James Cameron qui, également créateur de la série des TERMINATOR, a créé un genre à part entière, celui des blockbusters où l’on dégomme tout ce qui bouge à coups de guns chaque fois plus énormes et sophistiqués, surtout lorsqu’il s’agit de robots en colère, d’extra-terrestres mal intentionnés ou de terroristes barbus… Dans SANS UN BRUIT 2, un adolescent chétif tendant au bout de son bras maigre un transistor qui émet un incisif larsen suffit à stopper une invasion. A sauver sa mère. Voire le monde, qui sait ?...

Jean-Luc Godard a écrit : « le cinéma, c’est des images qui bougent et des sons qui font du bruit ». John Krasinski invente lui un nouveau genre de cinéma, où les images de vie sont muettes et où les sons tuent ceux qui font trop de bruit ou le détestent. SANS UN BRUIT 2 est ainsi un film subversif en même temps qu’un appel à changer nos modes de vie. Un formidable spectacle en même temps qu’un vrai film d’auteur. On a hâte de découvrir SANS UN BRUIT 3 (qui, sauf échec commercial du 2, va forcément arriver).

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.