Rubrique
Interview

Yuzu Eto : "les réseaux sociaux sont essentiels dans la distribution artistique"

Yuzu Eto, artiste, obtient son diplôme de la réputée école d’illustration ESA Saint-Luc de Bruxelles à la fin du premier confinement. Dans ce monde “d'après” instable pour la culture, elle partage son art, crée un lien avec le public avec des concours, lui faisant gagner des centaines d’abonnés sur les réseaux sociaux depuis un an.

M.B. : Comment le confinement et la crise sanitaire ont-ils affecté votre art ?

Yuzu Eto : Tout d'abord, je dirais que comme beaucoup de gens, le confinement a modifié mon rapport au temps et à la vie sociale. Je pense que ce rapport a forcément affecté ma création dans le sens où pour ma part, je me suis un peu enfermée dans une bulle créatrice. J'ai eu besoin de ce cocon pour résister psychologiquement à la violence de la situation. Mais aussi finalement pour adapter mon rapport au temps et ne pas le subir. Étant introvertie, je suis plutôt casanière, et même si au début la situation me convenait socialement, au niveau créativité c'est sur que la vie sociale aide. On est sans cesse nourri par des discussions, points de vue divers mais aussi par les aléas de la vie quotidienne. J'ai également, par rapport à d'autres, eu la chance de finir mes études cet été. J'avais donc un cadre dans lequel j'évoluais lors du premier confinement parce que j'allais en cours. Puis par la suite, j'ai redécouvert le plaisir de travailler pour moi quand j'ai eu mon diplôme.

M.B. : Et comment les réseaux sociaux ont-ils pris une place conséquente dans la promotion de l'art depuis l'arrivée de la pandémie ?

Y.E. : Je pense que la promotion par les réseaux sociaux est devenue la "base". Nous sommes une génération qui a grandi avec et il me semble que ça reste le meilleur moyen de communication internationale. Malgré les problèmes que ça peut engendrer. Les réseaux sociaux sont devenus essentiels dans la distribution artistique. 

M.B. : Quels sont les aspects positifs et négatifs de cette distribution ? 

Y.E. : Dans le positif, on a le vecteur de rencontre entre artistes qui mettent au point des techniques. Il y a eu beaucoup de solidarité dans cette communauté relativement bienveillante.  Pour le négatif, le seul souci est que les gérants de ces applications créent des algorithmes qui sont de plus en plus néfastes pour la visibilité des artistes. Moins de visibilité, contenus refusés, jugés obscènes etc... l'algorithme choisit ce qui est bon de ce qui ne l'est pas et ça pourrait devenir problématique pour la liberté d'expression artistique. Ensuite, il y a le risque pour pas mal d'artistes de finir "prisonniers" de ces plateformes. Pour beaucoup, ça ne convient déjà plus. Le problème est que créer quelque chose de nouveau, par exemple un réseau pour l'art, gérer par des artistes, représente le risque de tout perdre, puisque le point fort de ces réseaux est leur popularité. 


 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.