Profile picture for user Sophie le Droumaguet

Sophie Le Droumaguet


Photographe depuis 2005

Correspondante de presse depuis 2021, professeur de danse depuis 2012, Sophie est également maman de deux enfants depuis 2004 et chargée de communication dans une association depuis fin 2018. Elle vibre au travers de différentes activités et son emploi du temps est bien rempli ! S’arrêter serait mourir…
Nostalgique, elle aime les choses qui durent et c’est par la photo qu’elle a trouvé le moyen de garder un sentiment fort, un instant de vie, de témoigner de sa réalité, du vivant et le préserver à tout jamais. Mais ce qui lui importe le plus est de s’inscrire dans des projets qui font sens, de rapporter les faits, les choses telles qu’elles se sont déroulées.
En d’autres termes, Sophie communique : la danse et l’écriture (qu’elle pratique au travers de ses récits, mais pas seulement) sont des moyens clairs d’expression alors que la photo est un support pour raconter des événements. Le tout dans une dimension d’esthète.

Elle commence sa professionnalisation par des mariages qu’elle aborde sous la forme de reportages et de photos de maternité. Elle intègre la WPJA, sera primée de quelques images puis la quitte.
Lorsqu’elle travaille avec les particuliers, elle cherche à capter l’éclat, cette essence qui fait la singularité et vous rend définitivement « beau ». Révéler le sublime est un réel délice, par la grâce, la douceur, la sensualité, mais toujours sans choquer ni déranger… dans le respect et la pudeur. Elle cherche à vous montrer tels que vous ne vous êtes peut être jamais vus, espérant transformer votre regard sur vous : l’éphémère capturé.

La vie lui propose des aventures cinématographiques où elle assure les images de plateau comme les coulisses du tournage… La photo d’entreprise arrive parallèlement…
Enfin c’est par la rencontre d’un amoureux de la nature qu’elle saisit qu’il est tout à fait possible de retrouver ce sensible, cet intime, ce merveilleux au travers du vivant qui nous entoure. Elle témoigne d’une réalité complètement dingue et inimaginable, pourtant sous nos yeux à chaque instant de vie : l’infiniment petit.

Mais c’est dans le photojournalisme qu’elle chérit depuis toujours qu’elle s’épanouit vraiment et pleinement, osant enfin se confronter à des réalités, des sujets, durs, poignants, bouleversants. Essentiel à sa vie aujourd’hui, pour rapporter les histoires des autres, mettre en lumière les travailleurs de l’ombre et par ailleurs pour se construire toujours et encore, pensant que nous avons une vie pour apprendre de nous et devenir toujours meilleurs. C’est ici qu’elle commence à présenter ses travaux écrits, couplant l’image au récit et enfin s’engage dans une collaboration avec le journal la Tribune.