Rubrique
Tout sur tout

Argenteuil : L’histoire terrible derrière la noyade de l’adolescente

La jeune fille, prénommée Alisha et âgée de 14 ans, est morte noyée dans la Seine, après avoir été poussé par deux de ses camarades. Récit d’un drame terrible, qui cache une histoire qui l’est tout autant.

Lorsqu’elle fut retrouvée lundi 8 mars aux alentours de 21 h en contrebas du viaduc de Gennevilliers, la victime était déjà décédée. L’émotion était particulière ce matin dans le lycée professionnel Cognacq Jay de la jeune fille, à Argenteuil dans le Val d’Oise, où le choc de la nouvelle n’était toujours pas passé.

Le viaduc de Gennevilliers, d'où Alisha aurait été poussée au pied d'un pilier. / Source image : France Bleu

Harcelée et humiliée

Pourtant, selon les premiers éléments de l’enquête ouverte pour « assassinat », le drame ne serait pas une question de hasard ou de coup de chaud, mais prendrait ses racines plusieurs semaines dans le passé. D’après les informations obtenues par Franceinfo auprès d’une source de l’Education Nationale, la jeune fille était harcelée par les deux suspects de l’enquête, un adolescent prénommé Théo, et sa copine du même âge, Juni.

Selon cette source, la mère de la victime avait effectué le mois dernier un signalement pour harcèlement auprès de la direction de son établissement scolaire, qui lui avait alors conseillé de porter plainte. C’est d’ailleurs en ce sens qu’aurait dû se passer, ce mardi 9 mars, un conseil de discipline à propos des conflits entre ce trio d’adolescents. De plus, selon le témoignage de plusieurs élèves, des insultes ciblant la jeune fille circulaient sur les réseaux sociaux. Le jeune homme mis en cause dans sa mort est également soupçonné d’avoir piraté un des comptes de réseaux sociaux de la victime pour exposer des contenus intimes, photos et vidéos. « Ça a fuité, quelqu'un qui a partagé les vidéos, et ça a été relayé ensuite » (France Bleu), raconte une amie d'Alisha, un élément confirmé par la directrice du lycée dans une interview accordée au Monde, qui expliquait que l’événement remonte au 5 février.

Une fin brutale

La semaine dernière, une violente bagarre aurait éclaté entre la victime et l’adolescente soupçonnée d’être impliquée dans la mort de la jeune fille. « Elles se sont battues devant les toilettes. L'autre fille a fait tourner des insultes sur Alisha sur les réseaux sociaux. Elle est partie la voir et ça a dégénéré. » (France Bleu) affirme une élève de Terminale du même lycée.

Ce lundi 8 mars, un rendez-vous aurait été fixé entre les deux filles vers le viaduc. Une fois arrivée sur les lieux, l'adolescent aurait surpris la jeune fille et l’aurait frappée par surprise au visage, avant de lui tirer les cheveux et de l’envoyer au sol au moyen d’une « balayette ». Une fois Alisha à terre, il aurait continué à lui asséner des coups de pied dans le dos et à la tête. Alisha est toujours consciente au sol. Incapable de bouger, elle gémit les yeux ouverts. Le couple l’aurait alors attrapée pour la jeter dans la Seine depuis le quai. L’adolescent avait pris soin d’enfiler les gants de sa petite amie avant de s’attaquer à Alisha, « pour ne pas laisser de traces », selon le parquet de Pontoise.

Suite à cela le couple fuit, une agression à laquelle la jeune fille ne survivra pas. Immédiatement, les deux adolescents retournent au domicile du garçon et sont très vite pris de remords : « Quand il est revenu avec sa petite-amie, ils se sont enfermés dans la chambre pendant une heure. Mon fils s'est changé, et quand il est ressorti il m'a demandé si j'avais fait de grosses bêtises dans ma vie », raconte Nathalie au micro d'Europe 1, la mère de l'adolescent. « Je lui ai dit 'oui' et j'ai demandé pourquoi il me posait cette question. C'est là qu'il m'a dit qu'il avait tapé une petite. » Des événements qui seraient survenus vers 16 h 30 ;

Ni une ni deux, après ne pas avoir retrouvé la jeune fille et être allé faire part de son inquiétude à sa voisine, la mère de famille retourne chez elle et appelle les forces de l’ordre aux alentours de 19 h pour leur faire part de l’agression d’Alisha par son fils et sa petite-amie : « Je suis horrifiée, stressée, et humiliée quelque part. J'ai vendu mon fils », confie difficilement la mère de Théo. « Je me dis que s'il ne s'était pas enfermé dans sa chambre et qu'il me l'avait dit directement, ça aurait pu changer les choses. » (Europe 1)

Une interpellation rapide

Pendant ce temps, la mère de la victime contacte les autorités vers 20 h pour signaler la disparition de sa fille, qui sera retrouvée une heure plus tard à l’endroit même où elle fut poussée à l’eau, à un mètre de profondeur. Immédiatement repêchée, son corps sans vie présente de manière très distincte des traces de coups à la tête et au visage. De l’autre côté, les deux adolescents fuient chez un de leurs amis avant d’être interpelés par les forces de l’ordre à 2 heures du matin.

Le jeune couple n’est en rien connu des services de police. Cependant, selon la mère de la victime, l’acharnement des deux adolescents sur sa fille serait dû à une querelle amoureuse. En effet, cette dernière a indiqué devant les caméras de plusieurs chaînes de télévisions qu’Alisha était l’ex petite-amie du garçon. Le motif du drame pourrait donc être celui de la jalousie.

Sous le choc

La nouvelle, vite répandue, a fait l’effet d’une bombe à Argenteuil où même le maire de la ville, Georges Mothron, a exprimé son émotion avant d’annoncer « la mise à disposition des psychologues des centres médicaux municipaux en renfort de la cellule mise en place par l’Éducation Nationale. » (Twitter)

Les élèves du lycée, et chaque habitant de la ville étaient aujourd’hui toujours abasourdi, comme en témoigne les paroles d’une lycéenne interviewé par Europe 1 mardi midi : « Que ce soient les surveillants ou les profs, on l'a appris tous en même temps et c'est vrai que c'est choquant une fille de 14 ans qui se retrouve noyée dans la Seine. Mais voilà c'est dur. J'aurais aimé être là pour elle. Malheureusement, c'est trop tard. Maintenant c'est dur, il faut encaisser. » explique-t-elle, émue, après avoir affirmé que la jeune fille lui avait confié être harcelée. Elle conclut par des paroles retrouvables dans beaucoup de bouches des habitants de la ville : « Voir un truc comme ça c'est choquant, parce que ça ne nous est jamais arrivée. Ça fait trois ans que je suis là et trois ans qu'il n'y a jamais rien eu de tel. »

Enfin les parents de la victime, témoignant sur BFMTV, affirment que leur fille aurait été tuée par des « assassins », qui s’en sont pris à une « fille vraiment bien ». La mère, encore sous le choc, exprimait son désarroi : « C’était plus que ma fille, c’était aussi mon amie ». Aujourd’hui placés en détention provisoire, les deux adolescents ont hier été mis en examen pour « assassinat ».

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.