Rubrique
Brèves

Base militaire de Sorenza : le parquet de Marseille ouvre une enquête pour un bizutage d'une rare violence

Le parquet a annoncé dans l’après-midi l'ouverture d'une enquête judiciaire après la plainte d'un militaire qui avait subi, en Corse, un bizutage. Les faits remontent à 2019. Sur la base aérienne 126 de Sorenza, une jeune recrue avait été utilisée comme cible humaine, subissant des tirs d’obus des avions Mirage de la base. Agé d’une trentaine d’années, il venait de débarquer sur la base lorsqu’il a été pris à parti par les militaires sur place. Ayant d’abord servi d’horloge humaine (il a dû se tenir debout avec manier ses bras comme des aiguilles pour indiquer l’heure et les minutes), il a finalement été attaché à une cible sur un champ de tir.

Ligoté et cagoulé, il a enduré les avions Mirage au-dessus de sa tête qui lâchaient des obus autour de lui. La torture a duré une vingtaine de minutes, avant d’essuyer des tirs factices et réels, à moins de 500 mètres de lui. Enfin, lorsqu’il a été libéré, il a dû sauter à pieds joints pour rejoindre les militaires. Toute la scène a été filmée. Une plainte a été déposée en milieu de semaine dernière pour “violences volontaires aggravées” et “mise en danger délibérée d’autrui.”

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.