Rubrique
Brèves

Crise migratoire : nouvelles tensions entre la France et le Royaume-Uni

La guerre des mots a repris de plus belle vendredi 26 novembre entre Paris et Londres après l'annulation par Gérald Darmanin de la participation britannique à une réunion de crise sur les migrants prévue dimanche. Cela a été fait en riposte aux propos de Boris Johnson demandant à la France de reprendre les immigrés arrivant en Grande-Bretagne. Dans un message à son homologue d'Outre-Manche Priti Patel dont l'AFP a pris connaissance, le ministre de l'Intérieur s'est dit "déçu" des exigences exprimées par le Premier ministre britannique dans une lettre à Emmanuel Macron et a jugé "encore pire" qu'il les publie. "En conséquence, je dois annuler notre rencontre dimanche à Calais, je suis sûr que vous comprenez pourquoi", a conclu Gérald Darmanin. De son côté, Emmanuel Macron, en déplacement à Rome, a critiqué le Premier ministre britannique pour ses méthodes “pas sérieuses”. "On ne communique pas d'un dirigeant à l'autre sur ces questions-là par tweets et par lettres qu'on rend publiques. Nous ne sommes pas des lanceurs d'alerte", a-t-il déclaré devant la presse.

"Je propose que nous mettions en place un accord bilatéral de réadmission pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche", a indiqué Boris Johnson dans une lettre publiée sur Twitter. Cette lettre publique n’a pas plu à l’exécutif qui a réagi par l’intermédiaire de Gabriel Attal, invité sur BFMTV et interrogé sur ce sujet : “Cette lettre est indigente sur le fond et déplacée sur la forme", a-t-il jugé. Malgré ces propos très fermes, Londres a demandé à Paris de rétablir l'invitation à Mme Patel à la réunion prévue dimanche à Calais avec les ministres chargés de l'immigration belge, allemand, néerlandais et la Commission européenne. "Aucune nation ne peut s'attaquer à ce problème seule. J'espère que les Français vont reconsidérer leur décision. C'est dans notre intérêt. C'est dans leur intérêt", a déclaré le ministre des Transports britannique, Grant Shapps, sur la BBC.

La mort mercredi au large de Calais d'au moins 27 migrants qui tentaient de gagner les côtes anglaises dans le naufrage de leur embarcation a relancé les tensions entre Paris et Londres. Ce drame est le plus meurtrier depuis la hausse en 2018 des traversées de la Manche par les migrants, pour contourner le verrouillage renforcé du port français de Calais et du tunnel ferroviaire. Après ce drame, France et Royaume-Uni semblaient vouloir enterrer la hache de guerre et améliorer leur coordination. Mais la lettre rendue publique par Boris Johnson a rallumé la mèche de la discorde.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.