Rubrique
Brèves

Hommage à Samuel Paty : un homme en garde à vue après des menaces contre la direction d’un collège

Un homme a été placé en garde à vue mardi 19 octobre pour avoir menacé de mort le personnel d’un collège de Valence où son fils avait écopé d’un avertissement après avoir crié “Allah akbar” lors de la minute de silence en hommage à Samuel Paty le 15 octobre dernier. “L’élève de 11 ans, scolarisé en classe de 5e, a été amené à réfléchir sur son comportement et a de lui-même proposé de s’excuser auprès de son professeur et de ses camarades”, précise le rectorat de l’académie de Grenoble dans un communiqué. L’adolescent a écopé d’un avertissement et son père a été prévenu par l’établissement. Celui-ci a félicité le comportement de son fils tout en insultant et menaçant une première fois la direction du collège, selon le parquet. Mais lundi 17 octobre, le père, un agent de sécurité de 43 ans, est entré dans l’établissement et a confirmé ses propos “de manière encore plus vive, allant jusqu’à prononcer des menaces de mort”, selon le rectorat. La police a été prévenue et l’homme a ensuite été interpellé.

Lors de la perquisition à son domicile "les enquêteurs ont découvert une bible, deux livres salafistes, un nunchaku, un sabre, une canne-épée ainsi que la somme de 11 500 euros”, d’après le procureur de la République à Valence, Alex Perrin, cité dans un communiqué. La garde à vue de l’homme, déjà connu des services de police, a été prolongée et une expertise psychiatrique est en cours.

Des millions d’élèves français ont rendu hommage à Samuel Paty, professeur décapité le 16 octobre 2020 pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves lors d’un cours sur la liberté d’expression. Plus d’une centaine d’incidents lors de ces hommages ont été recensés par le ministère de l'Éducation nationale. Sur l’incident de Valence, Jean-Michel Blanquer a répondu qu’il n’en considérait aucun comme "anodin” et que tous faisaient l’objet d’un suivi. "Nous avons maintenant, avec le ministère de l'Intérieur, des cellules de suivi des phénomènes de radicalisation. Ça permet de voir ce qui se passe avec une famille comme celle-ci et de décider des mesures sociales et pénales, éventuellement, à prendre, de façon à ne pas laisser sans suite des phénomènes comme cela”, a déclaré ministre de l'Éducation nationale.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.