Rubrique
Brèves

Opération Barkhane : retrait des derniers soldats français

Les derniers militaires ont quitté hier la base de Gao, après plus de neuf ans de lutte conjointe avec les militaires maliens.

Un redéploiement au Sahel

Aucune cérémonie officielle de passation de pouvoir entre la France et le Mali n’a été organisée, signe des tensions entre les deux pays. Sur Twitter, le ministre Sébastien Lecornu a déclaré que “l’engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel se poursuivra.” Les troupes doivent en effet se redéployer dans toute la zone sahélienne, dans des pays limitrophes au Mali, notamment le Niger. La dernière altercation entre les soldats français et les jihadistes sur le sol malien remonte au 13 août, où les Français ont déjoué un attentat, rapporte le journaliste Wassim Nasr.

Des tensions depuis le coup d’Etat

Les relations entre la France et le Mali ont connu un tournant lorsque la junte militaire s’est emparée du pouvoir en mai 2021. Le colonel Assimi Goïta avait arrêté le président de l’époque Bah N’Daw et son Premier ministre Moctar Ouane, les poussant à la démission avant de se proclamer lui-même chef d’Etat. Dès lors, le Mali avait incité l’opération Barkhane à quitter le territoire. La France avait condamné le coup d’Etat, s’attirant les foudres de la junte. Le président Macron avait menacé le Mali de retirer ses soldats en place, refusant de combattre “aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition.” Entre 2013 et 2022, 120 000 soldats français ont servi au Mali, dont 59 sont décédés.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.