Rubrique
Actualités

Viry-Châtillon : Une affaire qui dépasse les entendements

Alors que le procès contre les agresseurs des policiers brûlés à Viry-Châtillon a pris fin dans la nuit de samedi 17 à dimanche 18 avril, les réactions au verdict ont été saillantes et ont même déclenché une bagarre dans l’enceinte du tribunal, une scène absolument surréaliste.

Les faits remontent au 8 octobre 2016. Ce jour-là, deux voitures de policiers qui effectuaient une patrouille dans une zone sous tension de Viry-Châtillon en Essonne furent attaquées à coups de pierres et de cocktail molotov par une vingtaine de personnes masquées. Les raisons de cette agression ? La mise en place d’une caméra de surveillance dans le quartier où les vols étaient de plus en plus nombreux. Tentant tant bien que mal de sortir de la voiture, ces derniers furent plus ou moins brûlés et ne pouvaient sortir des voitures en feu sans prendre le risque de se faire lapider. Criant à l’aide et la recevant des habitants, ces derniers furent s’en sortir mais tous touchés. L’un d’eux, un adjoint de sécurité de 28 ans, avait vu son pronostic vital être engagé et avait été plongé dans le coma artificiel pendant plusieurs semaines.

Les deux voitures attaquées furent carbonisées en quelques minutes. / Source image : Franceinfo

Une vingtaine d’agresseurs, cinq condamnés

Après avoir interrogé plus d’un millier de personnes, 14 heures de délibération et six semaines d'audience à huis clos, la justice a donc rendu son verdict dans la nuit pour les 13 jeunes, âgés de 16 à 21 ans au moment des faits. Et alors qu’en première instance huit d’entre-eux avaient été condamnés à des peines allant de 10 à 20 ans (cinq acquittements), la cour d’assises des mineurs de Paris les condamna en appel à des peines allant de 6 à 18 ans (18 ans pour trois d’entre-eux, 8 ans pour un autre et 6 ans pour le dernier) de réclusion pour cette affaire (huit acquittements).

Ce verdict, les victimes l’ont très mal vécu comme l’ont expliqué les avocats à la sortie de la cour d’assises le dimanche matin : « Nous venons d'assister à un naufrage judiciaire (...) alors que l'on sait qu'il y avait 16 assaillants, on se retrouve avec cinq condamnations » affirme Me Thibault de Montbrial, avocat de l'une des victimes. Des propos également tenus par Me Laurent Franck Lienard, avocat de deux des policiers blessés lors de l’agression : « Ces policiers qui étaient dans les voitures, on leur crache à la figure après les avoir brûlés une première fois ».

Du côté de la défense, c’est pourtant une décision logique qui est évoquée : « C'est un démenti cinglant de cette enquête qui est à mon sens une des plus grosses erreurs judiciaires de ces 10 dernières années, à minima » affirme Me Sarah Maugier-Poliak, avocate de la défense. Me Arnaud Simonard, également avocat de la défense, évoque quant à lui « la fin du calvaire judiciaire » de son client. Pourtant, malgré les acquittements de la majorité des accusés, ces derniers n’ont pas pu garder leur calme et la situation a viré au cauchemar dans leur box.

Tensions et détresse

Cependant tout n’a pas été aussi calme et ordonné. En effet pendant la lecture du verdict vers une heure du matin, une violente bagarre a éclaté dans le box des accusés entre acquittés, condamnés et même policiers. Ce pugilat s’est même étendu par la suite dans la salle d’audience, devant les familles des victimes. Un évènement déplorable pour Me Thibault de Montbrial : « C'est un naufrage car au moment du verdict, et malgré sa clémence pour l'immense majorité des accusés, le naturel a repris le dessus, une bagarre générale a éclaté [...] dans une scène de violence que je n'ai jamais vue en 25 ans dans une cour d'assises ».

A la suite du verdict, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a annoncé qu'il recevrait « personnellement la semaine prochaine » les policiers blessés. En effet, voulant se montrer compréhensif envers la détresse ressentie par les quatre victimes, ce dernier a affirmé sur Twitter être encore sous le coup de l’émotion suscitée par cette attaque.

Arsène Gay

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.