Rubrique
Actualités

En France, les premières mesures pour passer l’hiver en toute sérénité 

La Première ministre Elisabeth Borne, du ministre de l’Economie et des Finances Bruno le Maire ainsi que la ministre de la Transition écologique Agnès Pannier-Runacher ont donné cette après-midi une conférence de presse. Ils ont expliqué la stratégie gouvernementale hivernale, détaillant les nouvelles mesures prises.

Des aides pour les plus modestes

Dans les scénarios les plus probables, si chacun prend ses responsabilités et fait preuve de la sobriété nécessaire, il n'y aura pas de coupures. Seules la sobriété et la solidarité européenne nous permettront d'éviter des coupures et des rationnements dans les scénarios les plus pessimistes, comme un hiver particulièrement froid cumulé à des difficultés d'approvisionnement. À court terme, nous sommes vigilants à ce qu'EDF tienne son planning de redémarrage des réacteurs nucléaires, ce qui aura un effet immédiat sur la baisse des prix de l'électricité.” Un discours entamé d’un ton optimiste pour l’avenir, Elisabeth Borne avait pour volonté de rassurer les Français. Quelques mesures allégeront le portefeuille des particuliers, notamment des ménages les plus modestes. Des chèques énergie entre 100 et 200 euros seront par ailleurs versés à 12 millions d’entre eux d’ici la fin de l’année, une somme peu importante mais néanmoins conséquente.

Le bouclier tarifaire joue les prolongations

Les hausses des prix du gaz et de l'électricité seront limitées à 15% en janvier et février 2023” et le bouclier tarifaire sera prolongé pour “tous les ménages, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et les plus petites communes. L'écart ne sera pas reporté sur les factures des consommateurs, il sera pris en charge par l'Etat”, a assuré la cheffe du gouvernement. “Ces augmentations vont conduire à une hausse moyenne des factures de l'ordre de 25 euros par mois pour les ménages qui se chauffent au gaz, au lieu d'environ 200 euros par mois sans bouclier tarifaire. Et à une hausse moyenne de 20 euros par mois pour les ménages qui se chauffent à l'électricité, au lieu de 180 euros par mois sans bouclier tarifaire’, s’est-elle félicitée. Des aides pour les ménages se chauffant au fioul devraient voir le jour en novembre. Selon Bruno le Maire, le bouclier tarifaire coûtera “16 millions d’euros” au gouvernement en 2023. Il informe que “la France va dépenser, en 2022, 2,2% de son PIB pour protéger nos compatriotes.” Quant à la ministre Agnès Pannier-Runacher, elle a averti que le plan de sobriété énergétique “vise à réduire de 10% notre consommation énergétique pour assurer le passage de l'hiver dans le contexte de la guerre en Ukraine”, plan qui sera dévoilé à partir du mois prochain.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.