Rubrique
Interview

Trouver un emploi : 20 conseils de personnalités

Dans une passionnante web-série intitulée On revient vers vous, le journaliste et ex-DRH David Abiker propose une série d’interviews sous la forme d’un entretien d’embauche. Nous avons sélectionné pour vous 20 conseils de personnalités du monde de l’entrepreneuriat, de la politique, des médias afin de trouver un emploi ou mieux, sa voie.

Les conseils aux candidats

François Gri : Pour durer aujourd’hui dans notre monde, il faut être résilient, donc agile. C’est être capable de continuer dans une stratégie même si les signaux ne sont pas bons mais savoir aussi détecter si elle est mauvaise. C’est avoir un objectif mais trouver de multiples moyens d’y arriver.

Loïc Le Meur : Surtout ne pas partir sans être ambitieux. La plupart des gens ont tendance à se dire : « Je n’y arriverai pas. ». Si vous n’essayez pas, c’est sûr que vous n’y arriverez pas.

Malek Boutih : Il faut être rendre-dedans, se vider la tête des aprioris et faire confiance à un seul argument quand vous voyez un employeur : « Est-ce que je vais lui faire gagner de l’argent ? ».

Richard Descoings : Les seules vraies spécialisations sont données par l’entreprise ou par les administrations publiques. C’est sur le tas qu’on acquiert les vraies spécialisations. La première chose à faire, c’est d’entrer dans l’entreprise.

Christian Blanckaert : Dans une conversation, on voit tout de suite ceux qui sont à peu près et ceux qui sont profondément conscients que c’est le détail qui compte. S’occuper du détail, c’est savoir dire qu’on ne sait pas. Le plus important, c’est de savoir ce qu’on ne sait pas.

Le truc qui tue

Stéphanie Cardot : Ce qui m’exaspère le plus dans un entretien de recrutement, c’est le gars qui arrive et qui m’explique qu’il va révolutionner ma boîte.

Alain Bauer : La vraie surprise est dans la différence qui existe entre la présentation du CV et la version orale, une différence extraordinaire entre la capacité à l’écrit et la modalité de présentation ou une totale incapacité à conceptualiser les choses.

Eric Boustouller : Ce qui tue, c’est quelqu’un qui n’est pas clair. J’aime bien les gens qui sont structurés, clairs, qui vont poser leur discours, leur message, qui vont installer un dialogue.

Nathalie Bader : Ce sont les gens qui se croient obligés de répéter leur CV. Il y a des choses plus intéressantes à aborder que de répéter ou d’ânonner son CV.

Thierry Saussez : Ce sont les gens qui sur-mettent en avant leurs difficultés personnelles, en pensant que c’est une question de cœur. Vous avez envie d’arrêter l’entretien le plus vite possible parce que vous avez vraiment peur qu’ils vous foutent la scoumoune.

Quand votre corps parle

Jacques Séguéla : Le dit ne compte que pour 14 %. 70 %, c’est le faciès, les mouvements d’yeux, la peur sur une question, la façon dont on s’ouvre et 15 %, c’est la gestuelle.

Thierry Saussez : Il faut probablement se rappeler la façon dont on est jugé, d’abord la communication non-verbale. Il y a plus de vérité dans un regard que dans un mot. Ensuite on est jugé sur la musique des mots et enfin il y a ce que vous dites.

Pierre Kosciusko-Morizet : Il y a plein de gens qui inspirent confiance de manière physique alors qu’ils ne devraient pas et plein de gens qui n’inspirent pas confiance alors qu’ils devraient.

Frédéric Montagnon : Quand on rencontre des gens, la présentation compte beaucoup. Un petit effort sur la façon de s’habiller, un gros effort sur la façon de se présenter, c’est très important.

Nathalie Bader : Le soin, l’allure n’est pas la beauté. Il y a rien de plus triste qu’une belle personne qui n’a pas d’allure. C’est beaucoup plus intéressant d’avoir une personne avec des imperfections mais une énergie, un regard.

Les astuces de recruteurs

Corinne Lepage : J’aime bien regarder sur les CV ce qui est à côté, les gens qui travaillent dans le monde caritatif, dans le monde associatif. Être capable de sortir de sa petite sphère pour s’ouvrir un peu aux autres et au monde.

Laurent Wauquiez : Quand je vois sur un CV amateur de jeux vidéos, je considère que c’est positif. Des études ont été faites aux États-Unis. Les jeux vidéos habituent les gens à se fixer des objectifs, les tenir et avoir une stratégie.

Brigitte Cantaloube : Je crois beaucoup dans ce qui vient du ventre, des tripes, dans l’intuition. On parle, on rentre dans le vif du sujet. Le CV c’est une chose, on connaît la personne, mais je prends du temps, c’est un moment d’énergie.

Jacques-Antoine Granjon : Si vous voulez un job, il faut bien l’avoir compris. On s’aperçoit que les gens qui comprennent vite posent les bonnes questions. Quelqu’un qui pose les mauvaises questions, je ne l’embauche pas.

Denis Olivennes : Je crois à un travail méticuleux d’informations croisées autour du candidat et surtout d’informations de ses subordonnés parce qu’on en sait beaucoup plus sur un dirigeant par ses collaborateurs que par ses supérieurs.

L’intégralité des interviews est à retrouver sur le site de Cadremploi. Finissons en beauté avec Catherine Barba, reine de l’e-commerce, qui considère que « la séduction est une politesse ». Dieu sait si la maxime lui sied.

Url de la ressource
Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.