Rubrique
Brèves

Au Liban, l’ancien Premier ministre et milliardaire Najib Mikati sommé de monter un gouvernement

L’homme le plus riche du Liban doit désormais trouver une solution pour un problème qui dure depuis 11 mois, à savoir l’absence de gouvernement qui a plongé le pays dans une crise extraordinaire. Najib a été soutenu par 72 parlementaires, mais rejeté par 42 autres, qui n’ont pu empêcher sa nomination par le président du Liban. Il a promis que la formation de son nouveau gouvernement sera prête d’ici un mois, mais le quotidien Al-Akhbar rappelle que “rien ne garantit que les éléments nécessaires à la formation d'un gouvernement soient réunis” d’ici là.

Il est un personnage pourtant décrié par la population, du fait de son statut, ses 20 ans au pouvoir à différents postes, dans une classe politique accusée de corruption, clientélisme et conflits d’intérêts. Grand ami de Bachar Al-Assad, on l’a souvent accusé d’être proche du Hezbollah, ce qu’il a toujours démenti. Fin 2019, alors que les Libanais réclamaient le départ de la classe politique dirigeante, ses portraits avaient été arrachés à Tripoli, et il était visé par plusieurs enquêtes pour “enrichissement illicite.” Alors que sa nomination est officielle depuis quelques heures, quelques dizaines de Libanais ont protesté hier soir devant sa résidence à Beyrouth, convaincus de son népotisme et sa corruption.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.