Rubrique
Brèves

En Birmanie, plus de 1 000 civils ont été tués depuis le coup d’Etat

Et ces morts sont ceux des forces armées birmanes, depuis qu’ils ont chassé du pouvoir Aung San Suu Kyi il y a six mois. Une répression sanglante s’organise depuis contre les manifestants pro-démocratie, la junte militaire tenant à rester au pouvoir. Des milices d’auto-défense se sont constituées face à la violente réponse de la junte, et manifestent tous les jours, parfois pour quelques heures. Pour l'ONG Assistance Association for Political Prisoners (AAPP), si le bilan des morts s’élève à 1 001 morts, aujourd’hui, il reste en deçà de la réalité.

Tant que les militaires seront au pouvoir, ils continueront à tuer des jeunes, des professionnels comme les médecins et les enseignants, des hommes, des femmes et des enfants. Ils ne suppriment pas seulement nos vies, mais aussi l'avenir du pays et ses espoirs démocratiques”, a expliqué le co-secrétaire de l’ONG, Ko Bo Gyi. À cette répression s’ajoute le coronavirus, qui a fait plus de 13 600 décès dans le pays. Les citoyens accusent la junte de “militariser” l’épidémie, afin d’affaiblir la population. Beaucoup n’osent pas aller dans les hôpitaux gérés par l’armée, et les pharmacies du pays sont au bord de la pénurie d’oxygène, médicaments et matériel médical.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.