Rubrique
Brèves

Explosion au port de Beyrouth : Amnesty International dénonce les mésactions du gouvernement

Selon l’organisation non gouvernementale, les autorités libanaises feraient barrage à l’enquête sur l’explosion du port. Celle-ci était survenue le 4 août dernier et avait fait plus de 200 morts et 6 500 blessés. 300 000 personnes ont également perdu leur foyer. L’enquête doit déterminer les responsables de l’incident, qui était prévisible depuis plusieurs années. En effet, “les autorités douanières, militaires et de sécurité, ainsi que le pouvoir judiciaire, avaient informé à 10 reprises au moins au cours des six dernières années les gouvernements successifs de la présence du dangereux stock de produits chimiques” dans le port.

Amnesty rappelle dans son communiqué que “les responsables publics ont rejeté les appels à la tenue d’une enquête internationale." Les autorités ont préféré “confier l’enquête au Conseil de justice, un tribunal d’exception qui, de par sa nature même, n’appliquait pas une procédure indépendante et impartiale, ni n’était compétent pour juger des responsables en poste.” Le juge d’instruction chargé de l’affaire, Tarek Bitar, a essayé à de multiples reprises d’inculper anciens ministres et hauts gradés en vain, du fait de leur immunité parlementaire.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.