Rubrique
Actualités

Israël : Naufrage de la coalition, la crise politique s’installe

Comme un air de déjà vu en Israël. La 23e Knesset a été dissous automatiquement mardi soir, faute d’accord sur le budget. Une situation de crise qui réveille encore plus au grand jour les dissensions grandissantes entre la droite et le centre qui n'ont jamais réussi à gouverner ensemble. Les Israéliens vont donc devoir voter pour la quatrième fois en moins de deux ans. 

Le think-tank de l’Institut israélien de la démocratie a fait savoir ce mercredi qu’en moyenne, le pays avait organisé des élections tous les 2,3 ans depuis 1996 – date du tout premier mandat du Premier ministre Benjamin Netanyahou. Si ce dernier reste toujours au pouvoir, le système politique, pour sa part, a souffert de forts niveaux d’instabilité au cours de la dernière décennie. La dernière en date plonge l’Etat hébreu dans une crise politique majeure, le tout en ravivant de vives tensions entre les pros et les antis Benjamin Netanyahou.

Pour la presse israélienne, Netanyahou est le principal responsable de cet échec gouvernemental, les journaux de cette semaine l'accusent d’avoir piétiné l’accord de coalition avec son ennemi juré, refusant de céder la place comme il s'y était engagé il y a 7 mois. Le gouvernement de coalition, formé pour affronter la crise sanitaire, n’aura donc pas passé l’année suite à cette dissolution. Les nouvelles élections qui se profilent donc pour mars 2021 n’invitent pas les israéliens à l’optimisme en pleine pandémie, et en sachant que les partis ultra-orthodoxes seront plus que jamais en embuscade. 

Selon un récent sondage, le Likoud resterait pour l’heure en tête des intentions de vote, même si la montée de la formation de droite radicale Yamina, d’un autre ancien ministre, Naftali Bennett, risque de fragiliser le socle électoral de Benjamin Netanyahou. Le grand perdant reste malgré tout Benny Gantz, le leader de la formation Bleu Blanc, qui a vu ses appuis fondre comme neige au soleil. Premier lors du scrutin de septembre 2019, son parti ne serait aujourd’hui qu’en sixième, voire septième place, selon les derniers baromètres. 

De prochaines élections aux allures de tombeau pour Netanyahou ?

Si les chiffres actuels se précisent, Netanyahou pourrait être alors en grande difficulté au révélateur des urnes. Le seul espoir pour lui de diriger le prochain gouvernement sera de convaincre Bennett de se joindre à lui. Un espoir qui paraît là aussi illusoire tant les deux hommes se méprisent. Bennett parle ouvertement de son objectif d’évincer le Premier ministre en place depuis trop longtemps.

Dans ce brouhaha politique, un homme tire quant à lui les marrons du feu : le plus puissant challenger de droite, Gideon Saar. Un mois après avoir quitté le Likoud, Saar se présente comme celui qui pourrait secouer le paysage politique du pays. Dans un sondage paru mardi et à la question demandée aux personnes interrogées quel candidat était le plus « à même » d’être Premier ministre, Saar talonne Netanyahou 36% contre 39 à l’actuel premier ministre. 

Les électeurs anti-Netanyahou ont semble t-il trouvé leur nouveau champion. Un champion qui vient également de récupérer un allié de poids. Ze'ev Elkin, un ministre du Likoud connu pour être un confident du Premier ministre Benyamin Netanyahou, a quitté le navire pour rejoindre ce mercredi le nouvel homme fort de la droite. Lors d'une conférence de presse diffusée en direct, M. Elkin a accusé Netanyahou de "détruire" le Likoud, et a affirmé qu'il ne pouvait plus dire aux Israéliens de "soutenir quelqu'un en qui il a arrêté de croire". Un crime de lèse majesté pour Netanyahou qui voit petit à petit ses soutiens le quitter. Pour rester au pouvoir après le mois de mars, l’actuel Premier ministre devra quoiqu’il en soit l’emporter sans conteste. Il ne suffit plus d’affronter ses adversaires pour obtenir un match nul, comme il l’a fait lors des trois dernières campagnes. Les prochains mois promettent encore d'être instable sur le plan politique, même si les Israéliens en ont désormais l’habitude depuis de nombreuses années.

 

 

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Anonyme (non vérifié) , dim 27/12/2020 à 19h23
article interessant pour moi les gouvernements nethanyaou sharon sont les pires qu israel est connu ou est begin? et surtout shimon peres seulement voila le seul homme de paix et d ouverture ils l ont assassine.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.