Rubrique
Brèves

La Russie répond aux sanctions de l’Otan

La Russie a annoncé suspendre sa mission de représentation auprès de l’Otan et celle de l’Otan à Moscou ce lundi 18 octobre après le retrait des accréditations auprès de l’Alliance de huit représentants russes, accusés d’espionnage. “À la suite de certaines mesures prises par l’Otan, les conditions de base pour un travail en commun ne sont plus là”, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Il a précisé que ces décisions prendront sûrement effet au 1er novembre prochain. La Russie va donc suspendre de manière indéfinie sa mission à Bruxelles auprès de l’alliance militaire occidentale, ainsi que la mission de l’Otan accueillie par l’ambassade de Belgique à Moscou. Sergueï Lavrov, a également déclaré “mettre fin à l’activité du bureau d’information de l’Otan”. Un bureau défini par l’Alliance comme ayant pour mission “d’améliorer la connaissance et la compréhension mutuelles”Selon le chef de la diplomatie russe, depuis l’annexion de la Crimée en 2014 "l’Otan a déjà fortement réduit les contacts avec notre mission. Du côté militaire, il n’y a eu aucun contact depuis lors”. Il a également assuré que “l’Otan n’était pas intéressée par un dialogue et un travail d’égal à égal. Nous ne voyons pas la nécessité de prétendre qu’un quelconque changement soit possible dans un avenir prévisible”En cas d’urgence, l’Alliance devra contacter l’ambassadeur russe en Belgique selon Sergueï Lavrov.

Ces annonces interviennent après plusieurs accusations d’espionnage. Au début du mois d’octobre, l’Otan avait annoncé retirer leur accréditation à huit membres de la mission russe à Bruxelles accusés d’être “des agents de renseignements russes non déclarés”. Le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, avait même accusé Moscou “d’activités malveillantes croissantes en Europe”. La Russie avait pris acte en estimant que l’alliance politico-militaire avait démontré son refus de normaliser les relations. En mars 2018, l’Otan avait déjà décidé de retirer leurs accréditations à sept membres de la mission russe et de les faire expulser de Belgique à la suite de l’empoisonnement au Royaume-Uni de Sergueï Skripal, un ancien agent double russe, et de sa fille Loulia. Le nombre d’accréditations de la mission de la Russie à Bruxelles avait été réduit de 30 à 20 à l’époque. Le 7 octobre 2021, ce nombre avait encore été abaissé et ramené à 10.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.