Rubrique
Brèves

La sprinteuse Krystsina Tsimanouskaya a quitté le Japon

Elle a pris l’avion pour Vienne dans la nuit, mais elle est attendue en Pologne où elle a obtenu un visa humanitaire. Après avoir critiqué sur les réseaux son entraîneur et la délégation olympique biélorusse vendredi, elle avait été obligée de quitter la compétition et sommée de rentrer en Biélorussie. Craignant pour sa vie et ses libertés, elle avait alerté les autorités japonaises, qui avaient réussi à la garder au sein de l’aéroport de Tokyo. Elle n’a fait aucune déclaration avant son départ, mais avait posté dimanche une vidéo sur ses réseaux sociaux, assurant qu’elle devait quitter le Japon contre son gré. Elle avait été vue être escortée par seize hommes biélorusses, inquiétant d’autant plus ses supporters et la communauté internationale.

Des militants biélorusses et des membres de la Fondation biélorusse pour la solidarité sportive (BSSF) comptaient l'accueillir à Varsovie en guise de soutien. La capitale polonaise n’a d’ailleurs pas voulu fournir de détails sur le départ de la sprinteuse, pour des raisons de sécurité. Le Comité international olympique avait lancé ce week-end une enquête interne sur la déclaration de forfait de la sprinteuse, qui assure y avoir été contrainte. En attendant, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a déclaré que “la Pologne va continuer de soutenir activement la nation biélorusse tout entière, et les militants d'opposition persécutés.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.