Rubrique
Brèves

L’accord franco-australien pour la fourniture de douze sous-marins tombe à l’eau

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi 15 septembre un partenariat de sécurité de la zone indo-pacifique avec le Royaume-Uni et l’Australie comprenant la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. "Le Royaume-Uni, l'Australie et les Etats-Unis vont être liés encore plus étroitement, ce qui reflète le degré de confiance entre nous et la profondeur de notre amitié", s’est félicité Boris Johnson. Conséquence pour la France, l’Australie a rompu un immense contrat signé en 2016 pour la livraison de douze sous-marins français. La France voit donc un contrat de plus de 56 milliards d’euros échapper à son industrie navale. Une rupture de contrat qui passe mal dans l’Hexagone : “C’est un coup dans le dos ! Nous avions établi avec l’Australie une relation de confiance, cette confiance est trahie. Ce n’est pas fini, il va falloir donner des explications”, a fustigé le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian sur Franceinfo.

Jean-Yves le Drian va devoir se consoler avec les petites annonces de Joe Biden qui dit "vouloir travailler étroitement avec la France dans cette zone très stratégique. Paris est un partenaire clé des Etats-Unis”. Il n’est pas sûr que cela calme les ardeurs de la France qui devient une victime collatérale de l’accord entre le Royaume-Uni, l’Australie et les Etats-Unis en perdant un contrat faramineux.

Le français Naval Group avait été sélectionné en 2016 pour fournir douze sous-marins à propulsion conventionnelle (modèle Attack). D'un montant de 31 milliards d’euros à la signature, la valeur de ce contrat est désormais estimée à 56 milliards d’euros en raison de dépassement de coûts et d'effets de change. Scott Morrison, le Premier ministre australien, a joué la carte de l’apaisement avec la France : "La décision que nous avons prise de ne pas continuer avec les sous-marins de classe Attack et de prendre un autre chemin n'est pas un changement d'avis, c'est un changement de besoin", a-t-il expliqué.

Jules Zolt

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.