Rubrique
Brèves

Le monde met en garde la Tunisie

Deux jours après le limogeage du Premier ministre tunisien et de la suspension des activités du Parlement pour 30 jours, les réactions internationales se multiplient. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell, “appelle à la reprise de l'activité parlementaire, au respect des droits fondamentaux et à l'abstention de toute forme de violence (...) La préservation de la démocratie et la stabilité du pays sont des priorités.” L’Union a également réclamé “un retour rapide à la stabilité institutionnelle dans les meilleurs délais.”

Les Etats-Unis ont quant à eux appelé le président Kaïs Saïed, afin d’obtenir le respect “des principes démocratiques et des droits humains qui sont au fondement de la gouvernance en Tunisie.” La France a demandé à la Tunisie “d’éviter toute forme de violence, et à préserver les acquis démocratiques du pays.” La veille, des affrontements avaient éclaté devant le Parlement du pays, alors que le président de ce dernier avait tenté d’y pénétrer. La population avait demandé la dissolution du Parlement, ce qui n’est pas prévu par la Constitution, au contraire de la suspension de ses activités. Ils dénoncent une mauvaise gestion de la crise sanitaire et les conflits entre parlementaires et le gouvernement, qui paralysent le pays depuis de longs mois.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.