Rubrique
Brèves

Liban : un incendie désormais maîtrisé ravage une raffinerie

Un incendie s’est déclaré lundi 11 octobre dans un réservoir d'essence des installations pétrolières de Zahrani dans le sud du Liban, un pays qui connaît actuellement une crise de carburants. Les pompiers ont réussi en milieu de journée à maîtriser le feu. "L'incendie a été maîtrisé", a annoncé aux médias le directeur général de la Défense civile, Raymond Khattar. Celui-ci s’est déclaré vers 8h du matin dans un réservoir relevant de l'armée libanaise à Zahrani dans le sud du pays, consumant 250.000 litres d'essence, selon le ministre de l'Energie, Walid Fayad, qui s'est rendu sur les lieux. Pour le moment, les causes de cet incendie n’ont pas été déterminées. Le ministre de l'Energie a appelé à attendre les résultats de l'enquête pour savoir si le sinistre s'est produit par accident ou s'il y avait un responsable. Selon un photographe de l'AFP sur place, les pompiers ont réussi à circonscrire l'incendie qui n'a pas fait de victime quatre heures plus tard, avant qu'il ne s'étende aux réservoirs voisins.

Plus tôt, l’armée avait bloqué les accès aux installations, situées à une cinquantaine de kilomètres de la capitale Beyrouth. La route côtière reliant la capitale au sud du Liban a également été coupée. L'incendie s’est produit alors que le réservoir était en train d’être vidé selon le directeur des installations de Zahrani, Ziad al-Zein qui a constaté une anomalie. "Nous avons remarqué hier que le toit du réservoir était incliné, et avons commencé immédiatement en matinée à transférer le carburant, car on estimait qu'un court-circuit pouvait se produire”, a-t-il déclaré. Il a ajouté qu'une "catastrophe aurait pu se produire si le feu avait gagné les réservoirs voisins".

Les installations pétrolières de Zahrani sont mitoyennes de la centrale électrique du même nom, et distribuent au marché libanais environ 15 % des besoins du pays en mazout. Embarqué dans une crise socio-économique, le Liban connaît depuis des mois d’importantes pénuries de carburant. Les rationnements quotidiens du courant électrique culminent à plus de 22h par jour, et l'Etat peine à importer du carburant, sur fond d'une dégringolade historique de la monnaie nationale et d'un assèchement des devises étrangères. Selon la compagnie nationale Electricité du Liban (EDL), tout le réseau électrique a cessé de fonctionner samedi faute de carburant avant d’être rétabli grâce aux réserves de l’armée.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.