Rubrique
Brèves

Maroc : le roi Mohammed VI dévoile le nouveau gourvenement

Le roi Mohammed VI a annoncé jeudi 7 octobre un nouveau gouvernement qui sera dirigé par Aziz Akhannouch, un homme d’affaire marocain proche du palais royal. Ce nouvel exécutif aura pour mission de redresser le pays face à une crise sanitaire majeure ainsi que remédier aux inégalités sociales qui grandissent. Au sein de ce nouveau gouvernement, composé largement de technocrates, les titulaires déjà en poste dans les ministères régaliens sont reconduits. Constitué de 24 ministres, ce nouveau cabinet est “un mix entre des ministres chevronnés et de jeunes compétences”, a déclaré à l’Agence France-Presse le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas. L'exécutif est constitué de sept femmes, soit trois de plus que dans le précédent gouvernement.

Arrivés en tête aux législatives du 8 septembre, les trois partis de la majorité gouvernementale, le RNI (rassemblement national des indépendants) du nouveau Premier ministre, le PAM (parti de l’authenticité et la modernité), tous deux de tendance libérale, et le parti historique de l’Istiqlal (PI, centre droit), se partagent les maroquins. Le RNI conserve le portefeuille de l’Agriculture avec comme nouveau ministre Mohamed Sadiki ainsi que le ministère de l'Économie qui sera dirigé par Nadia Fettah, ex-ministre du tourisme. Le RNI obtient également le ministère de la Santé avec Nabila Rmili, actuelle maire de Casablanca. De son côté, le PAM hérite des ministère de la Justice et de l’Aménagement du territoire. Enfin, le parti de l’Istiqlal hérite des ministères de l’Equipement et de l’Industrie.

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita est maintenu à son poste dans un contexte de tensions régionales notamment avec l’Algérie. L’Éducation nationale, en quête de réforme, revient à l’actuel ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa.

Le gouvernement de Aziz Akhannouch aura pour mission de redresser une économie touchée par la crise sanitaire. L’économie marocaine s’est contractée de 7 % en 2020, le taux de chômage a bondi à 11,9 % la même année et les disparités sociales se sont creusées, d’après les rapports officiels. L’exécutif aura aussi pour mission de mener à bien le projet de généralisation de la couverture médicale pour 22 millions de Marocains d’ici à 2025, comme promis par le souverain en 2020.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.