Rubrique
Brèves

Norvège : le point sur l’attaque à l’arc qui a fait cinq morts

Un homme de 37 ans armé d’un arc et de flèches a tué cinq personnes et en a blessé deux autres, mercredi 13 octobre à Kongsberg, ville située au sud-ouest de Oslo. Le suspect a été interpellé par la police norvégienne peu après les faits ; il s’agit d’un Danois de 37 ans qui réside à Kongsberg selon un communiqué publié dans la nuit par la police. "Nous avons décidé de confirmer cette information car beaucoup de rumeurs circulent sur les réseaux sociaux autour de l'auteur de l'attaque, certaines mettant en cause des personnes n'ayant aucun lien avec les actes graves commis", a expliqué la police dans le communiqué. Les deux blessés de cette attaque ont été envoyés dans des unités de soins critiques mais selon Oyvind Aas, responsable de la police locale, leur pronostic vital n’est pas engagé.

D’après les premières informations de la police, le suspect a agi seul "Selon les informations dont nous disposons maintenant, il n'y a qu'une personne impliquée dans ces actes", a ajouté le policier. Pour l’heure, les motivations de l’agresseur ne sont pas connues. Selon la chaîne TV2, généralement bien informée, l'auteur présumé de l'attaque est converti à l'islam et a des antécédents médicaux mais les autorités n’ont pas voulu confirmer cette information. "Vu le déroulement des faits, il est naturel d'évaluer s'il s'agit d'une attaque terroriste", a tout de même indiqué Øyvind Aas. "Le suspect n'a pas été entendu et il est trop tôt pour se prononcer sur ses mobiles", a-t-il ajouté. L’homme a été emmené au comissariat de Drammen, ville voisine. "Ces événements nous ébranlent", a déclaré la Première ministre Erna Solberg, dont c'était le dernier jour en fonction. Elle cédera jeudi son poste au travailliste Jonas Gahr Støre, vainqueur des législatives du 13 septembre.

La chaîne TV2 a recueilli le témoignage d’une femme présente au moment des faits : "J’ai entendu du vacarme et vu une femme se mettre à l'abri ainsi qu'un homme au coin de la rue avec des flèches dans un carquois sur l'épaule et un arc dans la main", assure Hansine. "Après, j'ai vu des gens courir pour leur vie. L'un d'eux était une femme qui tenait un enfant par la main", a-t-elle témoigné auprès de la chaîne. Peu après l’attaque, les habitants de Kongsberg, ville de 25 000 habitants, ont été appelés à rester chez eux.

La Norvège a déjà été la cible d’attaques d’extrême droite. Le 22 juillet 2011, Anders Behring Breivik avait tué 77 personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit morts, avant d'ouvrir le feu sur un rassemblement de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utøya, faisant 69 autres victimes. Plus récemment, en août 2019, Philip Manshaus avait aussi tiré dans une mosquée des environs d'Oslo, avant d'être maîtrisé par des fidèles, sans faire de blessé grave. Il avait auparavant abattu par racisme sa demi-sœur adoptive d'origine asiatique. Plusieurs projets d'attentats islamistes ont par ailleurs été déjoués en Norvège ces dernières années.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.