Rubrique
Longread

Ōkunoshima, le petit paradis des lapins

Le décor est idéal. Paradisiaque même. Mais cette petite île habitée par nos amis aux longues oreilles cache en réalité un terrible passé, au décor apocalyptique. Située au sud du pays, dans la mer Intérieure du Japon (Seto), l’île a été utilisée par l’armée impériale pour lancer un programme secret de fabrication d’armes chimiques pendant la guerre. Une île merveilleuse, parfaitement située pour la légion nipponne : éloignée de Tokyo, la capitale, et isolée donc quasi invisible depuis les côtes. Une situation géographique parfaite pour cacher les atrocités qui s’y passaient.

Île d’Ōkunoshima
La vue paradisiaque sur l'île d’Ōkunoshima.

Avant 1895, l’île était une zone de terres cultivées. Seulement trois familles de pêcheurs y vivaient. À partir de 1925, l’institut de science et techniques de l’armée impériale du Japon a décidé de lancer un programme pour développer des munitions chimiques et a choisi cette île pour abriter leurs expériences. Quatre ans plus tard, dès 1929, les constructions d’une usine chimique et d’une centrale électrique ont débuté. Les opérations sont restées secrètes et des cobayes très particuliers ont été choisi. On découvrira plus tard que cette usine comprenait un atelier d’armes chimiques qui a construit plus de 6 kilotonnes de gaz moutarde (utilisé dans la guerre contre la Chine notamment) et de gaz lacrymogène.

L’île aux lapins

Aujourd’hui, ils sont partout, en liberté et pas farouches. À l’époque, ils ont été choisi afin de servir de cobayes : on testait sur eux l’efficacité des gaz toxiques. C’est ainsi qu’ils sont arrivés sur l’île, mais il existe plusieurs théories quant à la manière dont ils y sont restés. La première dit que tous les cobayes ont été euthanasiés et que c’est un petit groupe d’écoliers qui a ramené des lapins sur l’île, en 1970. Une autre version raconte que les lapins cobayes ont été relâchés dans la nature après la guerre et ils se seraient disséminés un peu partout sur l’île.

Lapin qui mange une carotte sur l'île d’Ōkunoshima
Les carottes font partie des petites collations vendues sur l'île, pour nourrir les lapins pendant la balade.

On ne saura jamais le fin mot de l’histoire, mais les lapins présents sur cette île ont été apprivoisés et s’approchent facilement des humains. D’ailleurs, Ōkunoshima est désormais plus connue sous le nom d’"île aux lapins". Véritable attraction, les petits rongeurs reconnaissent parfaitement le bruit des petits sachets qui contiennent leurs friandises tant convoitées que l’on peut acheter avant de monter dans le ferry. Ils représentent d’ailleurs la population principale de l’île : on en compte environ sept cent. Quelques humains ont réussi à se faire une place auprès d’eux - le personnel de l’hôtel et du restaurant et bien sûr des vétérinaires qui surveillent les petites boules de poil.

Un véritable musée vivant

À la fin de la guerre, tous les documents concernants l’usine ont été brûlés. L’armée australienne était chargée de l’assainissement de l’usine de gaz et les alliés ont fait disparaitre le gaz présent sur l’île. Mais, dans un soucis de mémoire, on a conservé les ruines des bâtiments et en 1988, le musée du gaz toxique d’Ōkunoshima a ouvert. Tous les bâtiments sont encore présents et l’atelier des armes chimiques est devenu un musée, car les Japonais ont la volonté de ne pas occulter le passé. On y trouve le matériel utilisé pendant cette période sombre, des armes et également les journaux intimes d’ouvriers. On peut à présent se promener entre les ruines urbaines, remplies de petits animaux aux grandes oreilles, comme dans un musée vivant.

Un petit lapin devant les ruines de l'île d’Ōkunoshima
Un petit lapin couché devant les ruines de l'île d’Ōkunoshima
Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.