Rubrique
Point de vue

Un conflit permanent entre la Turquie et la Syrie...... Deux ans après l'offensive « Source de paix »

                Depuis le retrait américain, on constate, et on le regrette, que la situation de tension est permanente entre les deux pays et laisse ainsi la porte ouverte à de nouvelles interventions, y compris militaires.

Voici ci-dessous, les principaux signes des tensions qui ne cessent de croître entre les Turcs et les Syriens depuis le début du retrait américain du nord de la Syrie :

Le 6 octobre 2019, le président des États-Unis, Donald Trump, annonce sa décision de retirer des troupes de son pays actives dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque. 

Le 09 octobre 2019, la Turquie entreprend l'offensive « Source de paix » et lance une opération militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie.

Le 27 septembre 2021, à l’ouverture de la 76e session de l’Assemblée générale de l’ONU, le ministre syrien des Affaires étrangères Meqdad exige que la Turquie "retire ses troupes du territoire syrien sans aucune condition préalable". Il accuse Ankara "de ne pas avoir rempli ses obligations découlant de l'accord sur la création d'une zone de désescalade dans le nord-ouest de la Syrie".


Selon lui,"le gouvernorat d'Idlib est devenu un incubateur de terroristes". Une situation "qui ne peut pas durer indéfiniment" car la Syrie "est déterminée à achever la défaite des gangs terroristes sur son territoire"(Sputniknews )

 

Le 29 septembre 2021 à Sotchi, le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, sont convenus de “préserver le statu quo” dans la région d’Idlib, le dernier bastion rebelle qui échappe encore au contrôle du régime syrien, a expliqué un officiel turc au site Middle East Eye.

 Le jeudi 21 octobre 2021, (l’agence syrienne Sana) a fait part de dizaines de pièces d’équipements militaires turcs acheminées dans cette zone de désescalade.

Erdogan promet de répondre à Damas par les "armes les plus lourdes" à Idlib si Damas exige de la Turquie de quitter le gouvernorat d’Idlib, Recep Tayyip Erdogan assure que son pays ne s’y soumettra pas et qu’il est prêt à recourir à des armes lourdes.(Sputniknews )

Interrogé par des journalistes sur l’opération que son pays mène dans le gouvernorat syrien d’Idlib, Recep Tayyip Erdogan a déclaré le 21 octobre 2021 qu’elle se poursuivrait.

"Nous continuons d’effectuer des opérations dans des endroits critiques. Nous ne ferons absolument aucune concession. Je ne sais pas quelle position adoptera le régime syrien, mais nous continuons de faire le nécessaire à Idlib et de répliquer à l'aide de nos armes les plus lourdes. Nous ne pouvons pas laisser les choses suivre leur cours", a-t-il déclaré, cité par (l’agence Anadolu)

Selon les sources de( Bloomberg), l'offensive prévue vise à sceller plus des deux tiers de la frontière turque longue de 910 kilomètres.


 La Turquie compterait s’emparer de zones au sud de la ville de Kobané pour relier celles sous son contrôle à l'ouest et à l'est de l'Euphrate.

Une autre cible potentielle est la base aérienne de Menagh contrôlée par les Unités kurdes de protection du peuple (YPG).

Le 9 novembre 2021, la Turquie a annoncé le lancement d’une énième opération de sécurité contre les Kurdes du PKK dans le sud-est du pays, révèle le journal (Sputniknews)

Le silence de la communauté internationale est inadmissible. Il faut que les deux parties respectent l'accord de cessez-le-feu de Sotchi.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.