Rubrique
Actualités

Afrique du Sud : 20 jeunes retrouvés morts dans un night-club


À l’heure actuelle, la police locale n’a pas découvert la cause de ce drame qui s’est produit dans un établissement de nuit de la ville d’East London aux premières lueurs du matin. 

Le mystère reste entier. Depuis ce matin, vingt personnes ont été retrouvées sans vie dans un night-club. Âgées entre 18 et 20 ans, les victimes seraient des étudiants qui fêtaient leurs examens et leur fin d'année scolaire. “À ce stade, nous ne pouvons pas confirmer la cause des décès”, a déclaré Siyanda Manana, porte-parole du département de la santé. Nous allons procéder à des autopsies dès que possible. Les personnes décédées ont été emmenées aux morgues de l'État", a ajouté Siyanda Manana. Une tragédie qui laisse également la place à des interrogations, notamment sur les causes des décès. Selon le journal local DispatchLive, "les corps sont éparpillés, à travers des tables, sur des chaises et au sol", sans "aucun signe apparent de blessure"Alors que les premiers éléments de l'enquête laissent entendre à une bousculade, la piste ne serait plus d’actualité. La police locale refuse de privilégier une piste plutôt qu’une autre et continue d’annoncer que l'enquête est toujours en cours…


 

Entre incompréhension et colère. 

Sur les réseaux sociaux, certains évoquent la possibilité d’une intoxication au gaz ou par empoisonnement collectif. Une piste envisagée par le ministre de la police, Bheki Cele : "Je ne veux pas spéculer sur la cause de la mort ; c'est pourquoi nous avons fait venir la meilleure équipe médico-légale afin que si la cause de la mort était un poison, ils nous le fassent savoir."  Très ému, le ministre de la police a également critiqué, devant la foule, les parents qui laissent leurs enfants mineurs aller dans les établissements de nuit. Une position aussi prise par le chef du gouvernement du Cap-Oriental,  Oscar Mabuyane, déplorant “la consommation illimitée d'alcool"."Vous ne pouvez pas faire un tel commerce au milieu de la société et penser que les jeunes ne vont pas faire d'expériences", a-t-il ajouté. Il faut dire que la consommation d’alcool des sud-africains est un sujet épineux pour le gouvernement. Selon une étude menée en 2011 par l'Autorité sud-africaine des drogues (CDA), 37 % des Sud-Africains sont sous l'emprise de l'alcool du vendredi en début d'après-midi au lundi matin. Un chiffre qui a explosé depuis ces deux dernières années avec la levée des restrictions sanitaires dans les bars du pays. 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.