Rubrique
Brèves

Algérie : des élections législatives mouvementées

Les Algériens sont appelés aujourd’hui aux urnes pour élire leurs 400 députés, au lendemain de l’arrestation de deux opposants tel Karim Tabbou, du mouvement de protestation populaire Hirak. Ces arrestations font écho à celles de journalistes et d’opposants politiques ces dernières semaines. 220 personnes en lien avec Hirak, ou simplement journalistes ou avocats, sont actuellement incarcérées ou font l’objet de poursuites judiciaires. Le mouvement contestataire Hirak est né le 16 février 2019, contre la candidature à la présidence de Bouteflika pour un cinquième mandat. Les manifestations ont depuis continué en faveur de la démocratie et d’un renouveau politique, particulièrement pour le départ de Tebboune.

En 2020, un taux record d’abstention de 76% avait été enregistré pour le référendum constitutionnel, signe du rejet populaire de la politique menée par le président Abdelmadjid Tebboune. Pour Zoubida Assoul, présidente du parti d’opposition UPC, “ce n’est qu’une manœuvre du pouvoir pour se recycler, avec les mêmes pratiques et les mêmes mécanismes et les mêmes visages responsables de la crise actuelle.” Elle appelle au boycott des législatives face à la répression subie par la population. 

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.