Rubrique
Brèves

Allemagne : le SPD, les libéraux du FDP et les Verts annoncent un accord préliminaire

Une vingtaine de jours après les élections législatives en Allemagne, les sociaux-démocrates (SPD) d’Olaf Scholz, arrivés premier du scrutin, sont tout proche de former une majorité. En effet, le SPD, les Verts et les libéraux du FDP ont annoncé vendredi 15 octobre être parvenus à un accord préliminaire en vue de former un gouvernement. “Nous avons effectivement réussi à nous mettre d’accord sur un document. C’est un très bon résultat, cela montre clairement qu’un gouvernement peut être formé en Allemagne”, a ainsi salué le social-démocrate Olaf Scholz, probable futur chancelier, lors d’une déclaration à la presse avec les dirigeants des partis écologiste et libéral. Ces trois partis étaient, depuis les législatives, en discussion pour tenter de former cette coalition inédite en Allemagne. Sur la base du document présenté vendredi, les trois partis vont désormais approfondir leurs pourparlers et ouvrir des négociations officielles abordant, point par point, tous les détails d'une future alliance.

Cette annonce arrive au bon moment en Allemagne où les partenaires du pays attendent avec impatience la formation d’un gouvernement redoutant une paralysie de la vie politique notamment au niveau de l’Union européenne. Les trois partis semblent satisfaits des premières discussions et de cet accord préliminaire. Olaf Scholz a salué vendredi “un très bon résultat qui montre clairement qu'un gouvernement peut être formé en Allemagne. Nous réalisons des progrès”. “Nous avons réussi à mener des discussions intensives jusqu’au petit matin pour mettre sur la table une proposition de coalition de réforme et de progrès afin que nous puissions réellement utiliser la prochaine décennie comme une décennie de renouveau”, s’est réjouie la coprésidente des Verts Annalena Baerbok. “Après ces entretiens, nous sommes convaincus qu’il n’y a pas eu depuis longtemps une occasion comparable de moderniser la société, l’économie et l’État”, a salué le patron du parti libéral, Christian Lindner, possible futur grand argentier du gouvernement.

La coalition “feu tricolore” comme elle est appelée outre-Rhin, a élaboré un document d’une douzaine de pages récapitulant leurs points d’accord et les réformes qu’ils entendent mener dans les quatre années qui viennent. Le projet de nouveau gouvernement prévoit notamment de maintenir les limitations d’endettement, auxquelles sont en particulier attachés les libéraux. Les trois partis s’accordent également à ne pas augmenter les impôts, une mesure également prônée par les libéraux. La sortie du charbon devait se faire en 2038, mais les Verts ont finalement convaincus les deux partis de l'avancer en 2030. En revanche, leur demande de limitation de vitesse sur l’autoroute n’est pas retenue. Les trois partis ont désormais quelques semaines pour élaborer la feuille de route du nouveau gouvernement. Ils veulent également éviter une répétition de 2017, lorsque le FDP avait quitté de façon spectaculaire les négociations de coalition avec les conservateurs et les Verts, entraînant des mois de tractations et de paralysie en Europe. De leurs côtés, les Allemands semblent majoritairement convaincus par cette coalition inédite. Près des deux tiers des Allemands (62 %) sont favorables à ce nouveau gouvernement, selon un sondage publié vendredi. De son côté, la cote de popularité d’Olaf Scholz est encore plus élevée, puisque trois personnes sur quatre disent qu’il serait “bien” qu’il devienne chancelier.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.