Rubrique
Actualités

Armée française : Médiapart révèle l'existence de dérives néonazies chez certains militaires

D'après une enquête de plusieurs mois menées par trois journalistes de Mediapart, cinquante militaires de l'armée française auraient manifesté des convictions néonazies.

Mardi 16 mars 2021, le pureplayer d’investigation Mediapart publiait une enquête révélant la présence de dérives néonazies au sein de l’armée française. Pourtant, l'année dernière le média en ligne avait déjà signalé de tels comportements, ce qui avait entrainé de "lourdes sanctions" envers sept militaires selon le porte-parole de ministère des Armées Hervé Grandjean.

Le site d’information en ligne Mediapart a mis en lumière les dérives néonazies au sein de l'armée française, preuves à l'appui. / Montage image : Midi Libre

Selon le site d’information, cette fois ce ne seraient pas moins de cinquante militaires qui seraient concernés. Principalement issus de la légion étrangère, le média en ligne affirme que d’autres régiments seraient également touchés et que tous ces hommes seraient en contact. En effet l'enquête évoque une "filière néonazie", un point démenti par la Ministre des Armées elle-même, Florence Parly : "Ces comportements extrêmement graves sont le fait de dérives individuelles ; on ne peut absolument pas parler de filière, il s'agit de cas très déviants et isolés qui ne sont nullement représentatifs des militaires français et qui seront donc traités au cas par cas." Un argument que conteste Mediapart.

Ces hommes ne chercheraient d'ailleurs même pas à cacher leur adoration pour le troisième Reich, la plupart des éléments de l’enquête provenant simplement des réseaux sociaux. Sur ces derniers, les photos et les vidéos montrent des militaires devant des croix gammées, effectuant des saluts nazis ou encore des messages signés H.H. pour Heil Hitler.

Toujours dans l'optique de se défendre, la ministre a affirmé que sur les cinquante militaires concernés, douze ne faisaient déjà plus partis de l’armée, élément réfuté par le média en ligne, et 20 faisaient l’objet d’une enquête. Selon elle, seulement "sept cas n'avaient pas été détectés" avant la sortie de l'article. Hervé Grandjean a quant à lui reconnu des "lacunes dans l’identification de ces légionnaires déviants" et promet "la tolérance zéro". De son côté, Mediapart n'hésite pas à mettre en doute la soi-disant sévérité de ces sanctions.

Arsène Gay

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.