Rubrique
Brèves

Emmanuel Macron à Marseille : ce qu’il faut retenir de ses interventions

Le président de la République est en déplacement depuis mercredi et jusqu’à demain dans la deuxième ville de France, Marseille. Aujourd’hui, Emmanuel Macron a pu s’exprimer sur plusieurs sujets : l’école, l’allocation de rentrée scolaire, la situation de la ville et le pass sanitaire. Retour sur la journée du président dans la citée phocéenne.
Jour de rentrée oblige, Emmanuel Macron s’est rendu dans l’école Bouge dans le XIIIè arrondissement de Marseille. Après avoir répondu aux questions de jeunes élèves notamment sur son salaire, le président a présenté son plan pour les écoles : “Dans les endroits où on a concentré les difficultés, on va multiplier l’investissement de la Nation pour que les enfants puissent apprendre mieux”, a-t-il déclaré. Le chef de l'État a aussi évoqué des “réformes structurantes” comme le dédoublement des classes de CP et CE1 ainsi que celui des grandes sections. Pour ces derniers mois de mandat, il souhaite “une école plus inclusive, pour permettre à tous les enfants en situation de handicap d’être scolarisés en étant accompagnés”.
Après les propos polémiques du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer sur l’allocation de rentrée scolaire, le président a été questionné sur le sujet : “Nous serions aveugles ou naïfs de penser que la totalité de ce que chaque ménage touche en allocation de rentrée scolaire est versée pour acheter des fournitures et des livres des enfants. Pour autant, il ne faut pas rentrer dans une forme de contrôle social, s’est-il justifié. Emmanuel est donc venu à la rescousse de son ministre qui avait évoqué que l’allocation de rentrée scolaire “servait aussi à acheter des écrans plats”.
Le chef de l'État était attendu dans la cité marseillaise pour présenter un plan pour donner un nouveau souffle à la deuxième ville de France. “Il y a ici (à Marseille) une concentration de difficultés qui est inédite, a estimé le président de la République qui juge aussi que “ce ne sont pas les milliards qui comptent”, car “il y a des habitudes qui se sont prises et qui aggravent les problèmes”. Pour autant, Emmanuel Macron assume ses responsabilités concernant l’état des lieux : “Dans cette deuxième ville de France, collectivement, on n’a pas été à la hauteur en termes de prise de responsabilité collective”. Par ailleurs, le président va “essayer de ne pas répliquer ce qui n’a pas marché”. "Beaucoup de choses qu’on va lancer n’auront pas de résultats tout de suite, je suis lucide. On va faire le maximum, mais je ne peux pas vous dire qu’on réussira", a-t-il tout de même prévenu.
Enfin, Emmanuel Macron a été interrogé sur le pass sanitaire, sujet à de nombreuses manifestations ces dernières semaines : “Il est trop tôt pour dire” s’il sera prolongé après le 15 novembre, a-t-il fait savoir. “C’est un débat qui se nouera au sein du gouvernement et au Parlement”. Il a également ajouté que c’est parce qu’il y a le pass sanitaire “qu’on n’a plus besoin de fermer les restaurants, les cafés, les théâtres, les cinémas, les salles de spectacles, les activités sportives”. Le président de la République est en déplacement à Marseille jusqu’à demain.

Jules Zolt

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.