Rubrique
Brèves

En Tunisie, les citoyens votent leur nouvelle constitution

Le président Kaïs Saïed a imposé aujourd’hui un référendum sur la nouvelle constitution du pays, qui renforcera ses pouvoirs si elle est votée.

Vers une dictature en Tunisie ?

En 2021, le président avait dissous le Parlement et limogé de nombreux responsables politiques notamment ceux du parti islamiste Ennahda. Il s’était arrogé tous les pouvoirs et avait lancé la rédaction d’une nouvelle constitution, notamment pour faire de la Tunisie un état laïc. Mais les Tunisiens ne voient pas forcément d’un bon œil la nouvelle constitution, craignant que le renforcement des pouvoirs du président mène le pays à la dictature. En conflit avec le Parlement depuis sa prise de fonction, le président Kaïs Saïed propose de diminuer leurs pouvoirs et influence. 

Un taux de participation encourageant et boycott de l’opposition

Le juriste à l’initiative de la rédaction de la constitution, Sadok Belaïd, a désavoué le texte final qui pourrait “ouvrir la voie à un régime dictatorial.” Le taux de participation à 8h30, soit trente minutes après l’ouverture des bureaux de vote, se situait entre 4 et 6%, avec 400 000 votants sur 9,3 millions d’appelés aux urnes. Une participation encourageante, alors qu’aux dernières élections de 2019, la participation à la même heure n’était que de 1,6%. Les partis d’opposition ont appelé au boycott du référendum, dénonçant avec des ONG “l’absence de contre pouvoir et un texte taillé sur-mesure” pour le président.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.