Rubrique
Actualités

Exécutions massives en Arabie saoudite

En mars dernier, l'Arabie Saoudite battait son propre record d'exécutions alors de 67 morts en 2015. En effet, plus de 81 prisonniers sont exécutés dans toutes les prisons du pays pour raisons de terrorisme, viol, ou encore de crime de "croyance déviante". Plus fondamentalement, "croyance déviante" signifie le simple fait que certains sont chiites au lieu de sunnites*, c'est-à-dire soi-disant sous "influence iranienne" qui pourraient faire "chuter l'économie du pays" selon le gouvernement. L’Arabie saoudite est dotée depuis 1992 d’une Loi fondamentale assimilée à une Constitution reposant sur la charia, la loi islamique. Outre le terrorisme et le trafic de drogue, l’homicide, le viol, les attaques à main armée, la sorcellerie, l’adultère, la sodomie, l’homosexualité et l’apostasie y sont passibles de la peine capitale. Cependant, MBS** avait laissé entendre une certaine "limitation" de l'utilisation de la peine de mort.“Urgent : tandis que tous les regards sont tournés vers la Coupe du monde, l’Arabie saoudite procède à une terrifiante frénésie d’exécutions”, alertait le 21 novembre l’organisation de défense des droits humains nommée Reprieve sur Twitter. En effet, l’Arabie saoudite a commencé “une vague d’exécutions pour des infractions liées à la drogue” selon le Times. De plus, en seulement 10 jours, plus de 12 personnes ont été sauvagement assassinées. En janvier 2021, Diana Semaan, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International, a déclaré : « L’intensification saisissante de l’utilisation de la peine de mort par l’Arabie saoudite cette année montre le véritable visage des autorités saoudiennes, qu’elles dissimulent derrière le programme de réformes prétendument progressistes qu’elles présentent au monde. En prenant arbitrairement la vie de deux ressortissants pakistanais, elles piétinent le moratoire officiel instauré dans le cas des infractions à la législation sur les stupéfiants ». Le 20 novembre dernier, le bilan s'élevait à plus de 138 morts pour l'année de 2022. D'après le gouvernement saoudien, tous les exécutés étaient en provenance de trafic de drogue et de terrorisme. La méthode utilisée pour exécuter ces prisonniers, n'est pas la méthode "soft" utilisée par les Etats-Unis. En effet, malgré le refus du gouvernement a révéler avec précision la façon dont cet acte de torture est utilisé, la méthode la plus utilisée serait la décapitation selon plusieurs sources de média américain.

sunnites* : le gouvernement saoudien est sunnites, toutes personnes considérées comme chiites sont un ennemis du gouvernement en place et peut-être condamnées à vivre en prison à vie.

MBS** : Mohammed Ben Salmane.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Mikabou (non vérifié) , sam 26/11/2022 à 16h55
Mdrrrrrla méthode soft pratiquée par les états Unis 😅😅😅
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.