Rubrique
Point de vue

La Nouvelle Calédonie, jeu de grands dans le Pacifique

En décidant de rester dans le giron de la République française et d’ainsi tourner le dos à l’indépendance, fruit d’un processus initié en 1988 par les Accords de Matignon, le peuple néo-calédonien a, quelque part, redonné à la France une bouffée d’oxygène et ce après l’annulation par le gouvernement australien de la commande de plusieurs sous-marins au profit d’une alliance avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Plusieurs raisons expliquent le sentiment de succès éprouvé par la Présidence de la République. Tout d’abord, la capacité pour la Métropole de conserver, fut-il un des espaces les plus éloignés de celle-ci, l’intégrité du territoire dans une zone, le pacifique sud, objet de multiples convoitises, à la fois stratégiques et économiques. Stratégiques car la Nouvelle-Calédonie, carrefour naturel entre le Pacifique sud et la façade Asie-Pacifique, portée par la Chine et le Japon, est depuis de nombreuses années une cible de l’Empire du Milieu toute proche, intéressée pour des raisons économiques, par les ressources en nickel de l’île.

Valeur ajoutée et intérêts défendus

Métal précieux et convoité, utilisé dans la fabrication de nombreux composants électroniques, le nickel représente à ce jour le coeur de l’économie néo-calédonienne (La Nouvelle-Calédonie est le cinquième producteur mondial de Nickel avec 220.000 tonnes en 2019) et son principal attrait loin devant le tourisme. Ainsi, conserver la Nouvelle-Calédonie comme partie du territoire national permet-il à la France d’occuper non seulement un espace économique à forte valeur ajoutée mais aussi stratégique face à l’ogre chinois qui n’attendait que l’indépendance de l’île pour commencer à y implanter ses réseaux. Usant de la faiblesse des Etats ciblés, la Chine ambitionnait, comme c’est le cas sur le continent africain, de déployer par le biais d’entreprises satellites, pour contrôler la production de nickel, forme land-grabing industriel qui aurait permis à Pékin de ne plus dépendre de puissances annexes au regard de ses besoins en matière première. Autre facteur de satisfaction généré par ce non à l’indépendance, la capacité de la France à montrer à ses alliés mais néanmoins concurrents commerciaux que l’Hexagone sait faire valoir ses intérêts y compris dans des zones où, a priori, celle-ci ne nourrit pas d’ambitions particulières.

Ambitions diplomatiques et prise de guerre

Or, en réaffirmant sa présence régionale par la décision du peuple néo-calédonien, la France confirme ses ambitions diplomatiques à l’échelle pacifique, à savoir jouer un rôle dans la régulation des échanges dans la zone en question, combattant de fait l’idée de laisser l’espace pacifique aux seuls Chinois et Nord-Américains. Plus qu’une victoire de la République, en tous cas présentée comme telle, c’est avant tout un succès diplomatique par procuration que la France vient de remporter. Victoire stratégique et économique, voire industrielle, le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République s’apparente aussi à une forme de prise de guerre dans la compétition que se livre les grandes puissances économiques mondiales pour le contrôle des matières premières notamment en période post-pandémie où pléthore d’éléments essentiels manquent. In fine, le non à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, minuscule territoire de l’hémisphère-sud confirme ce paradoxe de la mondialisation économique, décrit par Edward Lorenz en 1972, dans une maxime restée célèbre :  Le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? Où comment la Nouvelle-Calédonie, en restant française, parvient à redistribuer les cartes géopolitiques de la région pacifique.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.