Rubrique
Point de vue

Le Congo d'avenir

Concernant l’Union sacrée récemment initiée par Félix Antoine Tshisekedi, le Président de la République Démocratique du Congo, l’adhésion à une plateforme politique, de surcroît née dans des circonstances conflictuelles, ne semble pas être la condition objective d’un engagement idéologique. À propos de cette action en cours pour une éventuelle sortie de crise politique, il est plus judicieux de se situer au-dessus des alliances et mésalliances entre les acteurs du même moule… Seule la cohésion nationale et le bonheur des populations congolaises doivent motiver l’engagement en vue d’un Congo économiquement performant, socialement vivable et politiquement stable. L’avenir des Congolais et le devenir de ce vaste pays doivent primer sur les alliances circonstancielles et, très souvent, contre-productives. Par conséquent, si l’on compte œuvrer en vue d’un Congo économiquement performant, socialement vivable et politiquement démocratique, la collaboration avec l’Union sacrée ne doit pas forcément faire l’objet d’une adhésion. Un tel partenariat peut se concrétiser sur des bases louables telles que la transition institutionnelle, la bonne gestion de la chose publique, la justice sociale, la sécurisation des frontières étatiques, la pacification régionale…

Les 100 Glorieuses

En guise de sillon pouvant permettre la matérialisation du Congo du troisième millénaire, quelques propositions pourront matérialiser le vaste chantier qui s’articulera autour des thématiques ayant trait à l’éducation pour tous et la formation professionnelle ; à la santé, la maîtrise de l’économie sociale, l’autonomie alimentaire et au bien-être social ; à la liberté d’entreprendre, au partenariat avec les entreprises étrangères et aux infrastructures ; à la laïcité républicaine, au respect de la femme, à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion ; à l’intégrité territoriale, la souveraineté politique et une diplomatie performante ; à la jeunesse, au marketing culturel, au tourisme et au recours aux origines ; à la nouvelle société congolaise et au rôle de l’État républicain ; à une armée, une gendarmerie et une police citoyennes ; au droit de vote et d’éligibilité des Congolais de la diaspora, et à l’incessibilité de la nationalité congolaise d’origine. Ces piliers pourraient constituer, semble-t-il, l’ossature indispensable aux 100 Glorieuses.

Les accords de coopération et contrats économiques en cours

Le principe de la continuité de l’État, s’agissant des accords et contrats signés par les différents gouvernement congolais, ne doivent nullement devenir caducs. Dans un monde où s’affirme davantage l’universalisme, il serait inconscient de préconiser une approche solipsistique. Le repli total, c’est la régression. Si Deng Xiaoping n’avait pas privilégié la politique d’appel d’air, la Chine ne serait jamais devenue l’actuelle puissance économique. Rien n’est en revanche anormal qu’un État souverain puisse faire le point en vue de l’amélioration des contrats antérieurement approuvés. Si la République Démocratique du Congo a des partenaires habituels – à l’instar de l’Union européenne, du Canada, des États-Unis, de la Chine… –, rien ne l’empêche de développer des collaborations avec des pays émergents dans le cadre de la coopération Sud-Sud, ou alors avec d’autres puissances comme la Russie, Israël… Tout accord économique avec les différents partenaires devra faire l’objet d’un appel d’offre, ensuite d’une contre-expertise par des cabinets idoines – l’objectif étant des échanges à finalité gagnant-gagnant. La compétitivité de la République Démocratique du Congo dépendra donc de sa solvabilité au regard des transactions commerciales et de sa capacité à juguler la dette extérieure. Une telle conception ne relève pas du courage, mais du pragmatisme et de la vision qui devront animer les hommes et les femmes d’État congolais.

L’autonomie au regard des partenaires

Pour parvenir à une quelconque autonomie vis-à-vis de ses partenaires, plusieurs étapes sont nécessaires. Primo, la sécurisation des frontières permettra de mettre un terme aux pillages et à l’exportation illégale des ressources. Cela aura un impact considérable sur le développement des infrastructures, ainsi que sur la circulation des personnes et des biens dans le territoire national. D’où la nécessité d’une armée, d’une police et d’une gendarmerie citoyennes qui devront être dotées d’équipements très performants. Secundo, la pacification de la région des Grands Lacs et de l’Afrique centrale nécessitera une diplomation intelligente ayant à cœur la politique d’indépendance dans l’interdépendance et la signature des accords de non-agression. Tertio, la valeur monétaire étant le facteur indispensable à la souveraineté étatique et à la capacité de paiement ou de remboursement quant aux échanges commerciaux, le franc congolais devra être aligné sur les richesses du pays et non arrimé sur une monnaie étrangère. Quatro, le gouvernement congolais devra rendre attrayant le climat des affaires.

Le legs dans les bonnes conditions

Depuis le régime léopoldien, la République Démocratique du Congo a sans cesse été déstabilisée pour ses minerais et ses nombreuses ressources naturelles. On peut appréhender l’intérêt de certaines puissances par rapport aux richesses dont cet immense pays est doté, de la même façon que les Congolais sont demandeurs de la technologie qu’elles détiennent. Plutôt que de continuer à s’adonner au congocide, dans l’unique but de s’approprier à moindre frais des attrayantes ressources, les puissances étrangères feraient mieux de privilégier la voie contractuelle sur la base des projets humanistes. Cela évitera l’extermination, à court terme, des populations congolaises et permettra l’avènement d’une Humanité meilleure. Voilà la vision idéale pour le Congo d’avenir, ce pays situé au cœur de l’Afrique que l’on doit léguer dans des conditions optimales aux futures générations.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.