Rubrique
Point de vue

Le séparatisme sous-jacent au séparatisme macroniste.

Les bases de la laïcité menacées, les chocs culturels, les discriminations de tous genres ont beaucoup influencé les discours politiques et les décrets élaborés pour circonscrire un séparatisme imaginaire sinon mal défini.

Les terroristes sont musulmans, les musulmans sont radicaux, les maghrébins sont musulmans. Quand ils sont modérés, ils sont, à tout le moins, voleurs. Ce sont de telles opinions qui régissent beaucoup de lois, qui animent nombre de réflexions politiques occidentales,  pensant devoir solutionner des problématiques qu'elles ne donnent pas aux Droits de l'Homme le soin de peser.
"La cible est évidemment l’islam, mais comme on ne peut légiférer contre une religion particulière, on fait comme on a fait pour interdire le voile à l’école : on s’attaque aux signes « religieux » en général, tout en pensant que les coups n’atteindront que les musulmans « séparatistes » puisque les autres religions sont supposées ne pas l’être." [La Croix]

À renfort de lois et d'intimidations, on a pu obtenir, sous la République du 21ème
siècle, une forme de clivage entre les
citoyens: d'une part, les subordonnés (étrangers et enfants d'étrangers, les races dites inférieures), d'autre part, les hôtes, les employeurs, les proprios, les civilisés (les français de souche). Sous condition d'adhésion politique aux fronts de Droite, on étendait le droit au sol et à ses ressources aux juifs et autres démocrates qui ne seraient pas plus que ressortissants des pays limitrophes: les compatriotes.

Le séparatisme est une réalité en France. Ce terme visait à de nombreuses reprises les musulmans semblant vivre en marge de l'ensemble des citoyens à cause de leur religion.
Un séparatisme effectif. Créé surtout de toute pièce par les politiques de lutte
contre les flux migratoires et l'islam.
En effet, à plus basse échelle, on avait, d'ores et déjà, préparer le terrain. On l'avait préparé à l'expulsion des populations étrangères en creusant des fossés sociaux, identitaires et discriminatoires depuis leur apparition sur le territoire.



Le séparatisme, qui a fait l'objet de lois, est, en substance, le produit d'un séparatisme auquel les communautés visées ont été contraintes par le biais de leur marginalisation, leur stigmatisation de longue date.
Selon Passeport santé, "les conséquences de la stigmatisation sont multiples. Elle a des  conséquences sur un plan personnel : baisse de l’estime de soi, sentiment de honte, de culpabilité, d’infériorité, stress, isolement... La stigmatisation a aussi des conséquences sociales : exclusion du monde du travail, difficultés à obtenir un logement, difficultés d’adaptation, marginalisation..."

Ces subissements de la part de ces populations ne sont pas loins de rappeler les ségrégations qui accompagnent toujours la démocratisation d'un État. Elles se manifestent le plus lorsque les populations tendent à se diversifier par l'immigration ou la mixité, par interculturalisme ou socialisme.


Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.