Rubrique
Point de vue

RESTAURATION DE LA FONCTION PRIMO-MINISTERIELLE AU SENEGAL : UN RETOUR AU REGIME PARLEMENTAIRE.

Le régime présidentiel n’aura pas fait long feu au pays des Lions de la Téranga. 
Un projet de loi portant révision de la Constitution adopté ce mercredi 24 
novembre 2021 en conseil des ministres vient sonner le glas d’un présidentialisme contesté depuis la dernière réforme constitutionnelle de 2019 supprimant la fonction de premier ministre et le droit de dissolution du parlement, essence du régime parlementaire. 

En effet, dans un soucis d’“efficacité”, Le président Macky Sall avait annoncé 
quelques jours après sa réélection en 2019 sa volonté de suppression du poste de 
premier ministre. Depuis cette dernière réforme vivement contestée, le Sénégal 
ne disposait plus de premier ministre, le gouvernement n’était plus responsable 
devant le parlement et le président de la République ne pouvait plus dissoudre 
l’Assemblée nationale. A une séparation souple des pouvoirs a succédé une 
séparation rigide des pouvoirs caractère principal des régimes présidentiels. 

Avec ce nouveau projet de loi constitutionnelle, Exit le régime présidentiel. Le Sénégal aura de nouveau un exécutif bicéphale avec un président qui “préside” et un premier ministre qui “gouverne”. Le premier ministre, chef du 
gouvernement verra sa responsabilité politique ainsi que celle de son 
gouvernement engagé devant le parlement. Le président de la république en tant qu’“arbitre” pourra exercer son droit de dissolution sur l’Assemblée 
nationale lorsqu’il le jugera nécessaire. 
Le projet de loi devra être adapté sans réelle difficulté par le parlement 
Sénégalais où le président détient une majorité. 

Au-delà de l’aspect juridique, cette réforme s’inscrit dans un véritable intérêt 
politique. Le Président Macky Sall vivement fusillé ces derniers jours par son 
opposition cherche un bouc émissaire mais également cherche à assurer sa 
potentielle succession pour 2024 en préparant un dauphin...
Espérons donc que le premier ministre exerce pleinement ses pouvoirs conférés 
par la constitution et ne se contente pas d’être seulement le “Primus inter Pares” c’est à dire le premier parmi ses pairs et donc un ministre comme les 
autres...

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.