Rubrique
Actualités

AstraZeneca : la France rejoint les pays qui doutent du vaccin

Les pays interdisant l'utilisation du vaccin AstraZeneca sont de plus en plus nombreux depuis quelques jours, alors que le gouvernement français vient de suivre le mouvement.

Alors que la France vient de suspendre "par précaution" le vaccin Astrazeneca pour 24 heures en attendant que l'instance européenne se prononce et que l'Allemagne annonce son interdiction, ils sont désormais 15 à avoir interdit son utilisation jusqu'à nouvel ordre et la liste risque encore de se rallonger durant les prochains jours. L’Autriche, l’Estonie, la Lituanie, le Luxembourg et la Lettonie furent les premiers à suspendre son injection en raison d'effets secondaires majeurs chez certains vaccinés, ayant même provoqué la mort de deux individus.

En effet dimanche 14 mars, les autorités autrichiennes ont annoncé qu’une femme de 49 ans était décédée des suites d’un grave trouble de la coagulation après avoir été vaccinée. Ce lundi en Norvège, c'était une soignante de moins de 50 ans qui succombait à une hémorragie cérébrale, sans qu'un lien ait pu être établi avec la prise du vaccin.

La liste est longue

Aujourd'hui la liste s'est donc encore allongée. Rejoint par la Norvège, qui a aussi déclaré certains cas d'hémorragies cutanées, le Danemark, l’Islande, la Bulgarie et l'Irlande. D'un autre côté, après une brève suspension dimanche suite au décès d’un enseignant vacciné la veille, le Piémont (région au nord-ouest de l'Italie) a décidé de les reprendre.

Depuis sa création, le vaccin AstraZeneca n'a pas cessé d'être mis en cause, alors que les scientifiques ont réaffirmé par le biais d'une étude écossaise la sûreté de ce dernier. / Source image : Orange Actu

Hors d'Europe, la Thaïlande a déclaré vendredi 12 mars qu’elle avait suspendu l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca, devenant ainsi le premier pays non-européen à réaliser cela. Une décision justifiée par le manque d'informations, selon le ministre thaïlandais de la Santé, Anutin Charnvirakul. La République du Congo a également annoncé qu'elle allait retarder la campagne de vaccination concernant ce dernier.

De son côté, Emmanuel Macron a annoncé ce lundi après-midi la suspension du vaccin jusqu'à la réévaluation de l'Agence européenne des médicaments. Une décision surprenante, qui fait contradiction avec les propos du gouvernement qui assurait hier encore qu'il fallait "avoir confiance dans le vaccin AstraZeneca" (Jean Castex sur Twitch). De son côté l'institut se défend en mettant en lumière  le fait qu'"environ 17 millions de personnes dans l’Union européenne et au Royaume-Uni ont maintenant reçu (le) vaccin, et le nombre de cas de caillots sanguins signalés dans ce groupe est inférieur aux centaines de cas auxquels on pourrait s’attendre dans la population générale". Une situation tendue, et qui risque d'évoluer très vite dès les prochains jours.

Arsène Gay

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.