Rubrique
Tout sur tout

Pourquoi faudrait-il se limiter à huit jours de vacances?

La durée idéale d'un séjour en vacances est de huit jours. Il est difficile de s'en convaincre quand, à la suite de onze mois d'efforts, de stress et d'hyperactivité, le réconfort doit, de surcroît, se borner à huit petites journées de détente. Pourtant, scientifiquement, vous n'auriez besoin que de huit jours pour des effets optimaux et un regain d'énergie.

Si, dans huit semaines, vous partez pour votre destination de rêve...

 

Vous êtes à moins de huit semaines de vos congés durant lesquels vous comptez partir en vacances .Le choix de votre destination est sûr. Vous déclenchez alors pour ces huits semaines l'hormone du bonheur. L'espoir d'une récompense libère en effet de la dopamine. Cette hormone est aussi l'hormone de l'initiative qui suscite motivation et élan intérieur. Vous serez ainsi encore plus efficace au travail une poignée de semaines avant le départ tant attendu ! 

Avec l'ocytocine, la dopamine est la clé de la réussite au travail. Elle préserve le bien-être et crée de la performance. D'après des études de psychologie positive, 75 % des employés connaissant du succès au travail obtiennent cela par la stimulation de la dopamine. Elle agit positivement sur le  mouvement, la mémoire, la récompense agréable, le comportement et la cognition, l'attention, l'inhibition de production de prolactine, le sommeil, l'humeur et l’apprentissage .

L'excès et le déficit de ce produit chimique indispensable peuvent être la cause de plusieurs maladies . La maladie de Parkinson et la toxicomanie en sont des exemples  C'est pourquoi il est important de trouver toujours un équilibre entre le travail et le repos. La santé en dépend! 

...préférez un séjour de huit à onze jours.

 

Chercheurs allemands et finlandais s'accordent à dire qu'au cours d'un séjour de moins de 8 jours, l'adaptation n'est pas encore faite : on a besoin de lâcher prise, récupérer de onze mois d'activité trépidants et laborieux. Cela se fait progressivement, le cadre et l'inactivité aidant. L’hygiène de vie entre aussi en jeu pour récupérer pleinement de sa période de travail. 

Le repos et le cadre que l'on s'offre procure satisfaction et bien-être. Et c'est au 8ème jour que cette satisfaction connaît un pic. À compter du onzième jour, elle rechute. Prolonger son séjour ne serait donc en théorie pas nécessaire . Au-delà de huit à onze jours, retarder son départ peut faire apparaître des sentiments décourageants qui  épuisent à quelques jours de la reprise.

Des ajustements selon les cas

 

Prises correctement et régulièrement, les vacances permettent une remise en question de ses  projets. Elles évitent l'épuisement lié au travail qui peut conduire à un burn out ou au développement de  pathologies liées à la souffrance au travail. Le temps optimal de récupération varie également en fonction des individus. Les quadragénaires ou les personnes ayant déjà connu un burn out auront besoin de onze jours de vacances. 

Pour les autres, huit jours suffisent. La sécrétion de l'hormone du bonheur se poursuit au-delà de 8 jours dans le cas où l'on n'a pas prolongé son séjour. Rentrer plus tard laisse la place à une rechute de la sécrétion de cette hormone par l'installation de la déprime, et  du  sentiment que son corps est reposé à saturation. La nostalgie du foyer commence alors à se faire ressentir. 

C'est le signal qu'on peut commencer à préparer son retour au travail jusqu'aux prochaines vacances ! 

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.