Rubrique
Brèves

Sages-femmes : un accord trouvé entre syndicats et gouvernement pour des hausses de salaire

Après plusieurs semaines de concertation, le gouvernement a annoncé, lundi 22 novembre, la signature d’un protocole d’accord avec une majorité de syndicats du secteur hospitalier sur les sages-femmes. Les ministres de la Santé, Olivier Véran, et de la fonction publique, Amélie de Montchalin, ainsi que le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles, Adrien Taquet, ont salué dans un communiqué les “avancées importantes” de ce document paraphé par Force ouvrière (FO), la Confédération française démocratique du travail (CFDT) et l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA), côté employés, et la Fédération hospitalière de France (FHF), côté employeurs.

Le protocole d’accord inclut notamment “une prime d’exercice médical” de 240 euros nets par mois à partir de février ainsi qu’une augmentation salariale de 78 euros nets en moyenne à partir du mois de mars pour les sages-femmes des hôpitaux publics, qu’elles soient titulaires ou contractuelles. Si l’on additionne ces mesures aux 183 euros décidés lors du Ségur de la santé et versés mensuellement depuis la fin de 2020, le gouvernement met en avant “une revalorisation nette de 500 euros par mois”. Un montant bien plus élevé que les 360 euros mensuels promis par Olivier Véran au mois de septembre. Les sages-femmes des collectivités territoriales auront également une augmentation de salaire de 78 euros net à partir de mars. Pour celles travaillant dans le secteur privé, la Sécurité sociale financera des revalorisations à hauteur du public et un accord avec l’Assurance-maladie est visé “avant la fin de l’année” pour celles qui exercent en libéral. Cet accord prévoit également le doublement des taux de promotion jusqu’en 2024. L’exécutif fait valoir “un engagement de 100 millions d’euros en 2022” et accepte d’allonger les études des futures sages-femmes, de cinq à six ans, à partir de la promotion 2022.

Depuis deux mois, les sages-femmes se sont mobilisées à l’occasion d’une journée de manifestations au début du mois d’octobre, la sixième cette année. Ce nouveau protocole pourrait satisfaire une partie de la profession. Mais certains syndicats ne sont pas totalement convaincus par cet accord. Un nouveau “week-end noir” est d’ailleurs prévu du 26 au 29 novembre, à l’appel de l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF) et avec l’appui de la Confédération générale du travail (CGT) qui a déposé un préavis pour couvrir le mouvement.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.