Rubrique
Actualités

Variole du singe : plus de 1.450 cas confirmés en France

L'agence Santé Publique France a publié sur son site "Au 19 juillet 2022 à 12h00, 1.453 cas confirmés ont été recensés en France", dont six femmes et deux enfants. La variole du singe a contaminé une soixantaine de pays depuis plusieurs semaines.

"L'augmentation du nombre de cas depuis le dernier bilan publié s'étale sur les dernières semaines et ne doit pas être interprété comme une augmentation exceptionnelle, bien qu'une tendance à la hausse soit néanmoins constatée", souligne Santé Publique France. Le précédent bilan, datant d'une semaine auparavant, avait recensé 912 cas. 

L'infection à Monkeypox est une maladie à déclaration obligatoire en France. Ce nouveau bilan révèle aux autorités sanitaires qu'il y a une forte concentration du virus en Ile-de-France. Sur l'ensemble des cas comptabilisés, 678 personnes infectées résident en région parisienne. 111 en Occitanie, 103 en Auvergne-Rhône-Alpes, 65 en Nouvelle Aquitaine, 55 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, 41 dans les Hauts-de-France, 25 en Grand Est, 18 en Normandie, 15 en Pays-de-la-Loire, 9 en Bourgogne-Franche-Comté, 9 en Centre-Val de Loire, 9 en Bretagne et 1 en Martinique et 5 cas à l'étranger.

La propagation de la variole du singe s’accélère  

l’Organisation mondiale de la santé s'alarme et redemande aux pays de prendre leurs précautions afin de limiter les contaminations. Selon Willy Rozembaum, professeur honoraire en infectiologie, figure de la lutte contre le VIH et spécialiste des maladies infectieuses, la France doit prendre ses mesures dès maintenant.

D'après lui « Toutes les personnes risquant d’être exposées au virus doivent pouvoir être vaccinées, si elles le souhaitent, comme au Royaume-Uni. La question est plutôt : combien de vaccins sont déjà disponibles, combien sont en commande et est-ce que la firme qui les produit peut monter en puissance ? On ne le sait pas. Or cette transparence est nécessaire pour organiser la stratégie. Aujourd’hui, le dispositif n’est pas assez en place, les délais de vaccination ne sont pas toujours respectés. On risque de passer à côté de futurs malades. La question de la vaccination des personnels soignants dans les services concernés doit aussi se poser. »

Ce virus progresse plus vite que ce qui était prévu. Au 18 juillet, le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (CEDC) recensait 7.896 infections par le virus de la variole du singe. L’Espagne est la plus touchée, avec 2.835 cas, suivie de l’Allemagne (1.924), la France (1.450), les Pays-Bas (656) et le Portugal (515), la majorité des cas concernant « des groupes d’hommes ayant des relations avec des hommes âgés de 18 à 50 ans ».

En dehors du contient africain, « 99 % des cas recensés sont des hommes », a indiqué mercredi la Dr. Rosamund Lewis, la principale experte de l’OMS pour la variole du singe, et 98 % d’entre eux sont « des hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et principalement ceux qui ont de multiples récents partenaires, nouveaux ou anonymes ».

Certains cas ont fait l’objet d’une enquête, et 78 % d'entre eux ont présenté une éruption génito-anale, 72 % une éruption sur une autre partie du corps, 76 % une fièvre. D'autre part, 274 cas sont séropositifs au VIH et 513 sont sous le traitement préventif de la PreP au VIH.

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.