Rubrique
Brèves

Des primes pour ceux qui dénoncent les avortements au Texas

Le très conservateur état du Texas a interdit la quasi-totalité des avortements aujourd’hui. Le texte prévoit une “prime de délation” qui fait beaucoup parler. Cependant, la Cour Suprême des Etats-Unis a été saisie d’urgence lundi par des défenseurs du droit à l’avortement. Elle peut donc encore bloquer le texte.
Cette loi, très contestée, avait été signée en mai dernier par le gouverneur républicain Greg Abott. Elle interdit toute interruption de grossesse une fois que les premiers battements de cœur du fœtus ont été détectés (environ six semaines après les dernières règles). À ce moment-là de la grossesse, la majorité des femmes ne savent pas qu’elles sont enceintes. Selon les organisations de planning familial, 85 % des avortements au Texas ont eu lieu après six semaines de grossesse. Désormais, ces organisations recommandent à leurs patientes de s’orienter vers d’autres États.
Mais la grosse particularité de cette loi, c’est qu’elle encourage la délation à dénoncer les contrevenants. Elle incite également la population à porter plainte contre les organisations ou les personnes qui aideraient les femmes à avorter. Le texte prévoit que les citoyens qui engageront des poursuites puissent percevoir au moins 10 000 dollars de "dédommagement" en cas de condamnation et puissent obtenir la fermeture des cliniques en cause. Les détracteurs du texte y voient une "prime" à la délation, mais ses défenseurs ont déjà mis en place des formulaires sur Internet pour déposer des "informations anonymes".

Jules Zolt

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.