Rubrique
Brèves

En Kabylie, un “réseau terroriste” démantelé après la mort d’un civil

Après le lynchage meurtrier de Djamel Ben Ismaïl, pompier volontaire, les autorités algériennes ont annoncé l’arrestation de 62 personnes, “impliquées à différents degrés dans l’homicide, l’immolation et la mutilation d’un cadavre, la destruction de biens et la violation d’un siège de police.” Ces personnes sont soupçonnées d’avoir tué Djamel, dont la violente mort a choqué le pays. Il avait été battu à mort avant d’être immolé car on le soupçonnait à tort d'avoir déclenché des incendies. Pour les autorités, la plupart des feux sont d’origine criminelle, et leurs soupçons portent sur le groupe MAK (mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie).

Les enquêteurs estiment “qu’un réseau criminel, classé comme organisation terroriste” serait derrière les incendies et la mort de Djamel, selon “l’aveu de certains membres arrêtés.” La police n’a pas fourni plus de détails pour autant, ce que le président de la Ligue algérienne pour les droits de l’Homme, Saïd Salhi, déplore. Pour lui, la “dimension politique” est trop importante dans l’enquête, et rappelle que "seul un procès équitable est à même de révéler la vérité et rendre justice à Djamel” et aux sinistrés des incendies.

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.