Rubrique
Actualités

Guadeloupe : Des émeutes de plus en plus violentes

Routes barrées, émeutes, incendies et tirs à balles réelles contre les forces de l’ordre, sont aujourd’hui le quotidien des Guadeloupéens. Depuis le 15 novembre une grève générale a été lancée. Manifestations pacifistes au départ, les protestations contre l’obligation vaccinale et le passe sanitaire ont pris des proportions dramatiques.

Des tensions déjà sous-jacentes

Au mois d’août 2021 déjà, des manifestations contre les restrictions sanitaires avaient vu le jour en Guadeloupe. Un confinement plus strict avait été mis en place sur l’île, car très peu respecté par les guadeloupéens. Un couvre-feu avait été imposé à partir de 20h ainsi qu’une clôture des magasins. Un commerçant s’exprimait le 2 août 2021« ça fait mal au vu des restrictions d’autant plus que le mois d’août est la période où l’on a le plus de clients ».

Le 15 novembre une grève générale est lancée afin de protester contre l’obligation vaccinale des professions à risque. Dans l’île, la vaccination est aujourd’hui très contestée. Les guadeloupéens ont une certaine méfiance à son encontre notamment depuis le scandale du chlordécone (pesticide cancérigène). Actuellement, moins de la moitié de la population a déjà reçu sa première dose (43,6%).

Ces manifestations ne sont pas dues uniquement à la situation sanitaire. Les problématiques anciennes reviennent aussi sur la table comme le chlordécone déjà évoqué, mais aussi la hausse des prix du carburant, la baisse pouvoir d’achat de la population ainsi que l’isolement de la Guadeloupe vis-à-vis de la métropole.

Face à la recrudescence des violences, un couvre-feu a donc été décrété le 19 novembre avec une interdiction de circuler de 18h à 5h du matin dans toute l’île. Encore aujourd'hui sous tension, les réseaux sociaux servent d'outil de communication pour les émeutiers. Exemple de ce tract beaucoup relayé sur Facebook et Twitter afin d'indiquer la marche à suivre à la population.

Le 20 novembre 2021, alors que le chaos continue, Gérald Darmanin le Ministre de l’intérieur déploie 2250 policiers et gendarmes, dont des agents du RAID et du GIGN,  afin d’aider à temporiser la situation. Cette décision a été prise alors que les forces de l’ordre ont reçu des tirs à balles réelles venant des émeutiers. Une centaine de personnes ont été interpellées suite aux violences.

Le lundi 29 novembre, un débat sur l'autonomie de la Guadeloupe a été évoqué par le ministre des Outre-Mers, Sébastien Lecornu. 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.