Rubrique
Brèves

RDC : le gouvernement met la pression sur la Monusco

Kinshasa a demandé ce matin à ce que le porte-parole de la mission de l’ONU soit expulsé au plus vite, dix jours après le début des violences.

Une Monusco impuissante

L’est du pays s’est soulevé contre la Monusco, accusée d’inefficacité par une partie de la population. Le gouvernement semble désormais se ranger du côté des manifestants, après une lettre envoyée à la présidente de la Monusco, Keïta Bintou. “Le gouvernement appréciera beaucoup que des dispositions soient prises pour que Monsieur Mathias Gillmann quitte le territoire congolais dans le plus bref délai”, a écrit le ministre des Affaires étrangères. Sa présence ne serait “pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité”, après des “propos indélicats et inopportuns” sur la Monusco. Selon une source gouvernementale, le porte-parole aurait assuré que la mission onusienne “ne disposait pas de moyens militaires pour faire face au M23 sont à la base de la tension actuelle.” La Monusco est pourtant présente depuis 1999 pour maintenir la paix, mais refuse de combattre les groupes armés en République démocratique du Congo. 

Aucune date de retrait

La réunion interministérielle de la veille semble avoir motivé l’Etat à remercier au plus tôt la Monusco, dont deux Casques bleus sont accusés d’avoir initié une fusillade causant la mort de trois personnes, mais aucune date de retrait n’a été communiquée. "On se prépare pour que la sortie de la Monusco ne constitue pas un chaos. Il ne faut pas que demain ceux qui seront partis se justifient en disant qu’on avait demandé qu’ils partent et voilà les conséquences. Tous les pays du monde n’ont pas eu besoin de la Monusco pour exister”, a affirmé Julien Paluku, ministre de l’Industrie. Depuis le début des violences, 36 personnes sont décédées et plusieurs centaines d’autres ont été blessées. 

Maud Baheng Daizey

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.