Rubrique
Actualités

"SILENCE ON CREVE"

Savez-vous ce que l'on nomme un élan d'humanité ?

Savez-vous ce que l'on nomme une preuve d'espoir ?

Savez-vous ce que l'on nomme une épreuve de démocratie ?

L'EPREUVE DE DEMOCRATIE

On pourra la résumer en un acte arrivant en réponse aux sacrifices réalisés par des gens pour défendre des droits légitimes (ici les sans-facs et leurs soutiens), des efforts conséquents dont l’écho va en influencer d'autres, au point que soudain une salle entière d’étudiants fasse unanimement élever leurs voix comme une seule pour soutenir la liberté d’expression (ce jour là… syndicale) et défendre une valeur commune et vitale au vivre ensemble face à l’oppression puissante qui ne parvient soudain plus à écraser les volontés, Il y a en quelques secondes comme un sursaut de démocratie, une prise de conscience, une réaction engagée d'une jeunesse intelligente en faveur des droits de chaque élève, avec ou sans facs.

Historique des faits :

 

27 octobre 2021

En réponse au silence de l’université concernant les dossiers des Sans Facs et leur avenir donc broyés par ce système, c’est le premier jour d’occupation du bâtiment  “Grappin” (Bâtiment administratif de la présidence de l’université de Nanterre.)

La présidence de l’université renvoie les Sans-Facs et leurs soutiens vers le rectorat.

Dès le 28 octobre 2021

Les premiers soutiens affirment leur solidarité sur les réseaux “Olivier Besancenot, Danielle Simonnet, Alexis Corbière, Yvan le Bolloch et beaucoup suivront tout au long des mois de lutte qui vont arriver...”

15 H 30 : Refus des négociations par l’université de Nanterre.

 

7 Novembre 2021   :   23 H :   Refus par la présidence de l’université de Nanterre des négociations qui devaient avoir lieu le lendemain.

14 Novembre 2021  : Refus par la présidence de l’université de Nanterre d’accueillir la délégation des Sans-Facs

16 Novembre 2021 :  Victoire des Sans-Facs de Lyon 2, ils seront bien inscrits et pourront étudier à Lyon, mais toujours pas à Nanterre.

3 Décembre 2021  :  Les sans-Facs avaient rendez-vous avec la présidence de l’université à 10H30, mais à 10H40 aucune nouvelle, le rendez-vous aura lieu avec une heure de retard sans résultat...

21 Décembre 2021 : La délégation de soutien aux Sans-Facs est refusée au ministère de l’enseignement supérieur.

 

La violence subie par les militant(e)s :

 

19 Novembre 2021 : Ayoub, un étudiant militant, est poussé à terre par un vigile.

22 Novembre 2021  : Des vigiles qui tentent d’empêcher les soutiens d’atteindre le bâtiment Grappin font preuve de violence physique.

2 Décembre 2021  : L’université donne ordre de visser les fenêtres du bâtiment Grappin afin d’isoler totalement les militants et leurs soutiens.

En cette journée aura lieu aussi l’agression d’un militant syndicaliste par un vigile qui le poussera depuis le toit.

20 au 24 Décembre 2021  :  La présidence de l’université semble ne plus avoir de solution pour sortir de cette situation, puisque concernant les 21 dossiers, encore présents sur l’accord de fin d’occupation proposés par les sans-Facs elle ne souhaite en aucun cas permettre à aucun des profils même bacheliers de pouvoir rejoindre les quelques 32 000 étudiantes et étudiants présents durant cette année scolaire et bénéficiant des études supérieures.

C’est alors que cette forme de réponse vient avec cette coupure d'électricité, alors même que les températures sont négatives et rappelons le aggravée par une réalité sanitaire, celle du Covid-19, la santé des étudiants devient soudain totalement oubliée du règlement intérieur de l’université de Nanterre, la négation de la santé des élèves se présente à nouveau lors des examens des partiels, en janvier 2022, où les étudiants seront plusieurs centaines, sans gels hydroalcooliques dans les salles, sans aération, sans distanciations, sans tests, ni avant ni après.

Des centaines d’élèves se retrouveront ainsi dans ces Amphi parfois bondés et pour certains présentant des symptômes mais ne pouvant pas rater leur année, y sacrifiant leur santé...

5 Janvier 2022  :  Le militant de L’Unef Victor Mendez, alors en pleine intervention syndicale, se voit presque arracher son micro des mains par un vigile, répondant aux ordres du directeur adjoint, qui refuse de laisser la parole à un élu étudiant … Les étudiants de la salle vont alors demander unanimement que le syndicaliste élu puisse continuer son exposé informatif concernant les droits des étudiants, notamment face aux partiels (imposés en présentiel par l’université).

Dans ce contexte cette image d’un surveillant tentant d’arracher le micro des mains d’un étudiant syndicaliste, mais aussi l’acharnement d’un directeur adjoint, s'évertuant à refuser la prise de parole, est saisissante de la manière dont une université au 21eme siècle en France, gère le droit et l’accès à la parole, ainsi qu’à la construction de l’esprit critique de l’individu.

Ici pour le coup avec une totale Incapacité à entendre les différentes opinions, ainsi qu’une réelle volonté de nuire précisément à la circulation des informations relatives aux droits syndicaux, reste un sujet glaçant à plus d’un titre, surtout lorsque l’on apprend les jours suivants que des étudiantes et étudiants soupçonnés d’être contre les partiels présentiels sont soit suivis et intimidés soit directement sortis de force des salles comme ce 10 Janvier 2022.

 

Plus de 22 rassemblements vont se tenir en soutien aux Sans-facs dont débat, meeting avec la présence de différentes personnalités politiques ou non, rassemblement festif, autant de moments de simplicité et d’humanité qui vont donner à ces jeunes cette PREUVE D’ESPOIR.

 

 

La victoire de la démocratie, c’est lorsque chacun prend conscience de son impact dans l‘évolution de la société.

C’est lorsque des jeunes se réapproprient au travers de la connaissance, du partage et des épreuves, l’idéal d’une démocratie et décident d’y œuvrer ensemble, sans distinction aucune, qu’elle soit sociale ou d’un autre ordre.

Face au fléau et à l’impact de cette exclusion des sans-facs c’est toute une génération qui se relève de cet affront, ce sont des jeunes filles aujourd’hui, des jeunes garçons, qui bientôt seront l’avenir, les talents, le courage, les ambitions de demain, celles et ceux sans qui l’humanité perdrait en amour.

Et Victor qui est-il ?

Militant syndicaliste

Et Roxanne qui est elle ?

Etudiante (Sans-Facs)

Qui sont-ils ?

Qui sont-elles ?

Tous ces jeunes que j'ai croisés, qui sont-ils ?

Au travers de leurs visages, de leurs espoirs aujourd’hui c’est cette génération qui refuse d’être sacrifiée sur l’autel d’un capitalisme effréné, celles et ceux qui refusent de céder à la haine, à la violence, à l’abandon.

J’y ai croisé des étudiants qui, vous l’auriez tellement voulu Monsieur GERVAIS-LAMBONY, ni ne crient, ni ne hurlent “SILENCE ON CRÈVE!" mais agissent avec cette seule idée en tête dans les moments de solitude et de souffrance, de peine et de désespoir “NE TE DEMANDE PAS CE QUE L'HUMANITÉ PEUT FAIRE POUR TOI, DEMANDE TOI CE QUE TU PEUX FAIRE POUR L'HUMANITÉ ! " et en cela ils portent avec beaucoup plus d’ardeur que bien des personnes se prétendants adultes, notamment vous-mêmes, les valeurs que des hommes et des femmes ont défendues, il n’y a pas si longtemps, de celles et de ceux qui comme Ambroise Croizat ou encore Jean Moulin ont souhaité donner à la société cette chance d’être humaine.

Sur les vestiges de notre histoire, souffre les vertiges de la lâcheté individuelle, celle qui permet à l'injustice, aux inégalités, de prendre place dans la société d'aujourd'hui... 

Ne serait-il pas plus sage et plus digne de la part d’un président d’université au 21ème siècle de prendre en compte l’héritage qu’il laissera aux futures générations à venir ?

Il y a des choix à faire, soit accepter que des fonds financiers soient concédés à des organismes d’oppression contre cette jeunesse qui  elle, souhaite seulement l’accès non discriminant aux études, soit la voie difficile mais si noble que des hommes et des femmes ont pourtant tenue, celle de savoir que “L’éducation c’est la famille qui la donne, l’instruction c’est l’état qui la doit ! ” cette citation pleine de sens est d’un certain Victor Hugo, nul doute qu’avec son bagage il avait la science pour déceler ces réalités qui prennent toutes leurs significations  aujourd’hui,

En cela l’inscription des sans-facs n’est pas juste un problème administratif, mais bien un devoir de l’état vis à vis de la jeunesse d'aujourd'hui et des adultes de demain.

 

Désormais L'ÉLAN D'HUMANITÉ est à votre portée, que ce soit vous le président de cette université, monsieur Gervais-Lambony  mais aussi le rectorat ainsi que la ministre de l'enseignement supérieur F. VIDAL, à vous de choisir entre la famille de l'humanité et celle de la haine, sachant les dégâts de cette dernière sur l'humain, chacun sa conscience.

 

 

 

Sous forme de lettre à l’intention du président de l’université, mais aussi sous forme de tribune ou de motion de soutien, les réactions face aux divers agissements de la présidence de l’université vis à vis des sans-facs qui émeuvent et touchent la France entière, peu importe la famille politique ou le mouvement syndical et les engagements en faveur de ces exclu(e)s d’un système brutal sont de plus en plus nombreuses.

Plus de 22 lettres sont venues des différentes organisations politiques, syndicales, de groupe parlementaire, de la région Ile de France notamment, à l’intention du président de l’université de Nanterre,  Gervais-Lambony, sans à ce jour aucune réponse de sa part pour le sort des sans facs...

4 Novembre 2021 : Lettre de la région île de France, avec plusieurs signataires.

 

5 Novembre 2021  : Une lettre de l’assemblée nationale avec le soutien du groupe LFI

25 élus signent alors une lettre soutenant le compromis proposé par les sans-facs.

LA CGT CHEMINOT

LA CGT CROUS

LA CGT GUINGAMP

LA CGT SANOFI

LE NPA également, tous signent chacun des documents soutenant ce choix...

 

6 Novembre 2021  : 250 signataires de la tribune en solidarité avec les sans-facs, (personnel de l’éducation, de la maternelle à l’enseignement supérieur.) Frédéric Lordon mais aussi Ludivine Brantigny font partie de cette longue liste.

 

7 Novembre 2021  :LA CGT HÔPITAL BEAUJON

SOS RACISME

LA CGT CHEMINOT TRAPPES

L'USL font de même...

 

8 Novembre 2021  : LA CGT SPECTACLE

LA CGT SOCIETE D’ETUDES

LA CGT DOUANE

UNEF AMIENS, suivent le mouvement...

 

9 Novembre 2021  : LA CGT MAIRIE DE NANTERRE

LA CGT HOPITAL LOUIS MOURIER

LA CGT FIDUCIAL SECURITE, toutes également soutiennent par courrier à l’intention du président d’université.

10 Novembre 2021  : La Commission de mobilisation du travail social.

12 Novembre 2021  :  SUD RAIL

13 Novembre 2021   :   Fédération PS des hauts de seine

14 Novembre 2021  :    La tribune a été publiée dans le journal LIBÉRATION, en soutien aux Sans facs de L’université de Nanterre.

22 Décembre 2021  : La coupure d'électricité du 20 décembre va marquer un tournant dans cette affaire où la jeunesse sans facs est directement impactée et totalement privée de ses droits les plus élémentaires.

LA CGT Energie a eu une réaction immédiate

23 Décembre 2021  :  LA CGT TUI

SUD commerces & services

 

Toutes et tous demandent à ce que le protocole proposé par les sans-facs soit accepté. 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.