Rubrique
Point de vue

UN BIEN TRISTE ANNIVERSAIRE SOUS LE SIGNE DE LA HONTE

C'est un bien triste anniversaire que celui qui a été célébré en ce samedi 17 juillet : celui de la honte absolue. Honte du passé quand l'état français se faisait le valet empressé de l'occupant allemand, devançant même ses désirs en raflant ces milliers de femmes, d'enfants, de vieillards et d'hommes au seul motif qu'ils étaient juifs. Ils étaient venus se réfugier dans le giron de la Nation des Lumières, croyant y trouver justice et protection contre l’antisémitisme brutal et abject dont ils étaient les victimes innocentes dans leurs pays natals. Ils y ont retrouvé la haine, l’ostracisme et pour bon nombre la mort. En ce week-end de commémoration, il aurait fallu se souvenir avec respect et amour de ces milliers de nos frères humains dont les vies ont été sacrifiées sur l'autel de la compromission et de la collaboration la plus odieuse. Se souvenir pour ne pas oublier, ne pas oublier pour témoigner, éduquer et empêcher que le mépris et la haine de l'autre ne ressurgissent et ne gangrènent à nouveau les cœurs et notre société toute entière.

Las, ce jour maudit que l'on ne croyait plus, que l'on ne voulait plus voir s'est levé à nouveau sur notre pays en ce samedi de manifestations contre la mise en place du pass sanitaire. D'aucuns se sont arrogés le droit d'arborer une étoile jaune, se posant comme les victimes d'une société liberticide, totalitariste qui voudrait bafouer leurs droits les plus fondamentaux. A ceux-là je dirai : vous pouvez penser que le gouvernement vous force la main en rendant la vaccination quasi incontournable et qu'il limite en cela vos libertés mais en aucun cas vous n'avez le droit de porter l'étoile de David, ce signe qui cousu sur le vêtement de millions d'innocents a travers toute l'Europe les condamnaient à une mort quasi-certaine. Il faut garder le sens de la mesure et de l'intelligence, la liberté d'expression ne peut s'exercer que dans le respect de l'autre et comme tous nos droits, elle trouve sa limite quand elle porte atteinte à la liberté et à la dignité d'un autre être humain.

En arborant ce symbole qui a discriminé tant d'honnêtes citoyens durant la noire période de l'occupation, vous n'êtes pas les zazous des temps modernes, eux risquaient leur liberté et leur vie parce qu'ils voulaient manifester leur réprobation et leur soutien face à l'abomination qui frappait leurs compatriotes, mais vous vous faites bien plutôt les chantres d'un antisémitisme sournois qui blesse et fait ressurgir les douleurs et les peurs du passé chez ceux de nos concitoyens qui ressentent encore dans leurs chairs la douleur d'avoir perdu père, mère, grands-parents, oncles ou tantes et bien souvent tous ceux-là à la fois. Je ne peux pas et ne veux pas croire que la France soit redevenu un pays antisémite, j'ose espérer qu'il ne s'agisse ici que de bêtise due à l'ignorance, bien que ces deux maux là soient bien souvent liés au racisme et à l’intolérance, et qu'une prise de conscience salutaire se fasse bien vite et nous fasse retrouver le chemin de la lumière et de la raison. Et que la France renoue avec ses valeurs d'égalité et de fraternité, celles là mêmes qui ont attiré dans notre pays les persécutés en quête de justice, valeurs qui sont les fondements de notre belle constitution et dont nous devons porter haut les couleurs.

 

Sophie RENAUD

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.