Rubrique
Brèves

Affaire Hamraoui : l’enquête confiée à un juge d'instruction, Eric Abidal dans la procédure

Du nouveau dans l’affaire Kheira Hamraoui. L’enquête sur l’agression de la joueuse du Paris-Saint-Germain, victime d’un violent guet-apens dans la soirée du 4 novembre, a été confiée lundi 15 novembre à un juge d’instruction. Le nom d’Eric Abidal, ancien international français est apparu dans le dossier. Contacté par l’Agence France-Presse, le parquet de Versailles a indiqué lundi que l’ancien joueur du FC Barcelone “pourrait être prochainement entendu”, soulignant que cet acte d’enquête relevait des compétences du juge d’instruction. “Si Éric Abidal est convoqué dans le cadre de l’enquête, bien évidemment, il se présentera pour répondre à toutes les questions qu’on lui posera”, a réagi auprès de l’Agence France-Presse l’avocat d’Eric Abidal, Olivier Martin. Néanmoins, l’avocat insiste sur le fait que son client conteste “avec la plus grande fermeté” toute implication dans l'agression. Le nom d’Éric Abidal est apparu dans la procédure après que les enquêteurs ont établi un lien matériel avec Kheira Hamraoui. En effet, la victime utilisait sur son téléphone portable une puce au nom du footballeur.

Hier, une information judiciaire a été ouverte contre X pour “association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit puni d’au moins cinq ans” et “violences aggravées par trois circonstances, suivies d’incapacité n’excédant pas huit jours”, a indiqué le parquet de Versailles. Selon le parquet, les circonstances aggravantes sont “la préméditation, la réunion et l’arme”, Kheira Hamraoui ayant été frappée avec une barre de fer.

Tout a commencé il y a deux semaines, le jeudi 4 novembre après un dîner organisé par le PSG. En rentrant de la soirée, Kheira Hamraoui subit une agression avec sa coéquipière Aminata Diallo. “La joueuse est rouée de coups sur les jambes avec une barre de fer par deux hommes qui ont pris ensuite la fuite”, selon la procureure de Versailles. Sa coéquipière Aminata Diallo est témoin de la scène, mais ne subit aucun coup. L’hypothèse d’une rivalité entre les deux coéquipières est alors évoquée, Aminata Diallo est alors interpellée et placée en garde à vue. Elle est relâchée 36 heures plus tard sans qu’aucune charge ne soit retenue contre elle. "Aminata Diallo déplore la mise en scène parfaitement artificielle d’une rivalité entre elle et Kheira Hamraoui qui justifierait qu’elle s’en soit prise à sa coéquipière", avait déclaré son avocat Me Mourad Battikh, balayant l’hypothèse d’un guet-apens orchestré par sa cliente pour profiter d’une blessure de Kheira Hamraoui qui évolue au même poste qu’elle.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.